L'application de partage de photos et de vidéos #snapchat, qui a récemment envisagé une refonte complète [VIDEO], a peut-être permis d'éviter une fusillade dans un établissement scolaire aux Etats-Unis.

L'application sauve la vie de plusieurs lycéens

En effet, un étudiant du lycée dans le Colorado a annoncé son souhait de faire un carnage dans son lycée sur la plateforme Snapchat. Il comptait reproduire la tuerie de Colombine du 20 avril 1999. Ce jour-là, deux étudiants prénommés Dylan Klebold et Éric Harris se sont introduits dans leur école, lourdement armés. Ils ont tués une douzaine d'élèves et un enseignant mais aussi blessés vingt-quatre autres élèves avant se suicider.

18 ans plus tard, ce #Massacre est toujours présent dans le coeur des américains qui ont peur qu'un autre événement de ce type se produise à nouveau.

Un étudiant est tombé sur un mystérieux message sur l'application qui disait : "en train de planifier les tirs dans l'école" C'est ce qu'avait écrit le criminel. Terrifié et inquiet, l'étudiant s'est empressé d'informer les enseignants qui ont rapidement prévenu les autorités américaines. Ils ont de suite ouvert une enquête afin de pouvoir identifier celui qui avait le message. De ce fait, les enquêteurs ont très vite pu remonter jusqu'à lui et retrouver son domicile. Lorsque les policiers sont entrés chez lui pour faire des perquisitions, ils ont vu que le criminel n'avait rien caché de ses traces. En effet, en fouillant toutes les pièces de son domicile, ils ont découvert deux armes : un fusil et un revolver. Le FBI s'est également joint à eux pour pouvoir en savoir plus sur l'enquête.

Par sécurité, Ils ont demandé la fermeture de tous les lycées de la ville jusqu'à ce que l'enquête se termine.

L'auteur des messages a été placé en détention

Les enquêteurs ont regardé ses messages de plus près pour savoir si le criminel comptait faire autre chose. Ils ont effectivement découvert un message : il expliquait qu'une bombe allait exploser le lundi suivant à proximité d'un lycée de Telluride. Mais aucune bombe n'a été trouvée. Les enquêteurs ignorent encore si l'étudiant avait réellement l'intention de mettre ses menaces à exécution ou si il était seulement en train de faire une mauvaise blague. Le jeune homme va passer très bientôt devant un tribunal pour répondre de ses actes. Comme on peut le voir, les réseaux sociaux peuvent sauver des vies et n'ont pas que des aspects négatifs.