Malgré sa démission il y a neuf ans, Geneviève de Fontenay est toujours restée très proche du très prestigieux concours Miss France. Avec toute la franchise et les avis tranchés qui la caractérisent, elle vient de s’opposer au costume prévu pour Miss Lorraine. Elle juge invraisemblable, un peu comme le symbole d’une insulte pour la mémoire de ceux qui sont morts pour la France.

Le costume des poilus féminisé à Miss France : une idée qui passe mal

Geneviève de Fontenay n’a pas sa langue dans sa poche ni des opinions inavouées et on le sait.

Déjà en 2008, après que le magazine Entrevue ait publié plusieurs photos suggestives de Valérie Bègue, élue Miss France 2008, Geneviève de Fontenay était montée au créneau et avait exigé que la belle plante restitue son titre. Elle aurait enfreint le règlement du Comité Miss France. Grâce à des manifestations de soutien de la population réunionnaise, des élus politiques et même d’hommes religieux locaux, Valérie Bègue avait été maintenue par la société Miss France et avait gardé son titre.

Toutefois, les réclamations de Géneviève de Fontenay, s’appuyant sur des clauses claires n’avaient pas été complètement ignorées. Miss Valérie Bègue avait été remplacée par Laura Tanguy, sa deuxième dauphine, pour représenter la France aux concours internationaux et à certains galas régionaux, aux côtés de la présidente du Comité Miss France. En mars 2010, après plusieurs scandales qu'elle disait ne pas avoir digéré, Geneviève de Fontenay démissionnait et créait un nouveau concours : Le Comité Miss nationale qui naquit de son obstination, élut la première Miss Nationale le 5 décembre 2010.

Le costume de la discorde

Cette fois, Geneviève Mulmann dit de Fontenay, celle qui a chaperonné ce concours de beauté avec maestria pendant plus de vingt ans, s’est à nouveau offusquée contre un costume attribué à une candidate. Le défilé en costume régional lors de la soirée d’élection de Miss France est une pure tradition, un vrai appât pour les créateurs qui y participent à cœur joie. Depuis trois ans, un prix particulier est même décerné au costume le plus beau.

Ilona Robelin, Miss Lorraine, a prévu pour l’occasion de captiver le 14 décembre prochain, le très select jury et le public, en arborant un uniforme revisité des « Poilus ». Rappelons que ce terme est utilisé pour désigner les soldats pendant la première guerre mondiale, dont les combats se sont conclus par un nombre incroyable de victimes (entre 15 et 20 millions de victimes militaires et civils parmi lesquels 1,4 millions de soldats français).

Cette tenue d’hommage aux Poilus, revisitée pour par sa créatrice, se présente avec le bleu du manteau et le rouge du képi et du pantalon. Ceci sans oublier la coupe particulièrement échancrée sur le devant de ce dernier. A l’arrière du vêtement, trône une croix de Lorraine. Pour madame de Fontenay, c’est un choix complètement irréaliste, un manque d’idées et pire, une insulte pour la mémoire de ceux qui sont morts pour la France.

L’ancienne reine de beauté et mannequin chez Balenciaga s’est révoltée qu’un parallèle puisse être fait entre une élection Miss France, un concours de beauté, et des soldats morts pour la France. Ces souvenirs qui rappellent la détresse, les morts, et beaucoup d’autres d’atrocités n’auraient pas tout simplement pas leur place à la grande célébration de la classe et de l’élégance française. De ce fait, elle a exigé l’annulation pure et simple du concours.

Abus ou incompréhensions ?

Gérard Longuet, sénateur LR de la Meuse et ancien ministre de la Défense et des anciens combattants, soutenu par d'autres personnalités de la région, a apporté son soutien au boycott du costume et a apporté de vives critiques à l'égard cette tenue. Il a par ailleurs souligné l’abus que représentait l’identification de la région à la guerre et l’anachronisme clair avec la croix de Lorraine. De son coté, Marion Lambert sélectionnée et ayant confectionné ce costume audacieux après la suggestion d’un ami, reste sereine face à ce qu’elle assimile à une incompréhension. Le costume féminisé des poilus serait pour la créatrice, un emblème permettant de célébrer le centenaire de l'armistice 1918 et de rendre hommage aux soldats qui se sont battus dans les tranchées de la Lorraine. Geneviève de Fontenay arrivera t-elle à obtenir l’annulation exigée ? Le costume des poilus résistera t-il à la polémique ? La question reste encore posée. Sylvie Tellier, actuelle présidente du comité Miss France, elle, ne s’est toujours pas prononcée.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite