"Sale temps à l'hôtel El Royale", voici le titre du dernier film du réalisateur américain Drew Goddard sorti il y a peu. Réalisateur de "Seul sur Mars" ou de quelques séries Marvel telles que "Daredevil"; Goddard change complètement son Cinéma avec ce film bien que sa touche esthétique soit perceptible.

Pour résumer, Cc'est l'histoire de plusieurs personnages réunis dans un hôtel semi abandonné pile entre la Californie et le Nevada, ayant connu ses heures de gloires quelques années plus tôt; qui vont chacun vivre un événement lié à un autre client de l'hôtel qui dans le même moment va en vivre un autre lié à un autre.

Et si l'histoire parait si compliqué, c'est bien parce qu'elle l'est ! La narration est assez complexe puisqu'elle suit plusieurs personnages à la fois, tout en se focalisant sur un, pour finir avec les autres; une narration qui rappelle sans doute certains films de Tarantino tels que "Pulp Fiction" ou "Reserver Dogs" qui restent des chef-d'oeuvres absolu du genre.

Seulement ici, ça pose parfois problème puisque ça donne un aspect bancale au film qui ne cesse de nous surprendre mais pas toujours dans le bon sens malgré certaines critiques dithyrambiques.

Un hôtel qui divise

La réalisation de Goddard est absolument sublime, ambitieuse dans le choix d'un décors très années 60, extrêmement exploité au niveau de l'esthétisme des images; avec des lumières et des cadres absolument magnifiques. La musique omniprésente (composé par Michael Giacchino), notamment grâce à un personnage en particulier, apporte là aussi une touche très fine et à la fois très particulière à l'univers dépeint par le réalisateur.

Ce film est un bijoux d'esthétisme et de beauté à la fois visuelle et auditive.

Toutefois, la narration, elle, parait bien trop ambitieuse et nous perd dans l'intérêt et du film et du contexte. La surprise est constante dans ce film et fait que le spectateur n'est quasiment jamais impliqué plus de vingt minutes dans les péripéties des personnages. Chaque personnage trouve la solution au problème de départ sans grand effort; et chaque solution proposée dans le film n'en est pas une.

Un casting alléchant

L'idée d'un hôtel pervers parait être l'idée principale du film, elle est rapidement balayée; l'argent parait être le nouveau sujet, il est balayé...etc. Là où le film surprend au début; peu à peu il ne surprend plus et perd de son intérêt véritable et assez dommage au vu de son potentiel.

L'histoire reste intrigante, avec un casting alléchant (Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Chris Hemworth...) bien que pas toujours à la pointe concernant Chris Hemworth qui rejoue son rôle du film "Rush"; ce film reste un bon film, qui aurait pu être excellent s'il n'avait pas autant surprit...

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite