Publicité
Publicité

Il pourrait s'agir d'un sujet de bande dessinée ou de cartoon. Il n'en est rien. Dvie est un personnage bien réel, incarné par une jeune femme de 25 ans déterminée et un tantinet rebelle. Originaire de Grenoble, elle chante depuis ses 8 ans. Son don l'a portée jusqu'aux portes du studio de l'émission de Nagui, N'oubliez pas les paroles, en 2015, où elle fit un passage remarqué.

Trois ans plus tard, l'Iséroise fend l'armure avec son nouveau projet pop, dont elle vient de dévoiler le premier extrait, La disquette, au prix d'une vidéo lyrics sur Youtube.

Dvie y revendique son côté girl-power. L'artiste a plusieurs fois employé cette expression au cours de l'interview téléphonique qu'elle nous a accordée en début de semaine.

Dvie, tu as sorti la vidéo lyrics de ton premier single La disquette, dimanche 2 décembre. Pourquoi cette transformation ?

"J’avais envie d’un nouveau son, plus frais. J’ai pris un nouveau départ avec un nouveau nom plein de vie et créer des nouveaux titres qui parlent aux jeunes garçons, aux jeunes filles... À tout le monde."

Si tu devais décrire ton personnage en quelques mots, quel genre de personnage est Dvie ?

"Comme son nom l’indique, Dvie est une jeune femme pleine de vie, pleine de couleurs. Elle aime rire et elle a un côté girl power."

Dvie fait ressortir son girl-power

La disquette est une chanson portée par un texte très vindicatif à l’encontre des garçons. A-t-elle été inspirée par une rupture ?

"Ça dépend de la façon dont on le perçoit... C’est vrai que, de prime abord, on pourrait penser à ça, mais à la base, je parle d’une histoire que toutes les filles connaissent en général : un mec dans le métro qui commence à parler à une fille, en étant un peu lourdingue. La fille lui fait comprendre que ce n’est pas possible. Le mec se fait coller une étiquette. D'où l’expression « J’prends pas la disquette »...

Ça te tient à cœur d’aborder des sujets aussi sensibles, comme celui du harcèlement ?

"Oui, c’est important pour moi. Si les jeunes filles ou les jeunes garçons lisent cette interview, ils doivent comprendre que certaines attitudes sont à proscrire. C’est mon côté girl power qui ressort".

Considères-tu le personnage de Dvie et l’ensemble de ce nouveau projet comme féministes ?

(Semble-t-il interpellée, elle nous fait répéter ce mot quatre fois.) "J’aime faire passer des messages pour tous les jeunes et les moins jeunes qui seront amenés à m’écouter. Mais je ne parlerai pas de féminisme ! Je préfère parler de girl-power. Le féminisme engage beaucoup de choses, dont la politique. Je n’irai pas sur ce terrain-là."

5000 vues pour la vidéo lyrics de La disquette

Pour distiller ces messages, tu recours à une plume assez incisive. C'est d'ailleurs un style commun à la plupart des auteurs de chansons d'aujourd'hui. Comment l’expliques-tu ?

Aujourd’hui, les jeunes ont plein de choses à dire, à propos de ce monde multiculturel [VIDEO] dans lequel on vit. Je pense que la langue française est en train de changer. On en oublie à quel point elle est riche...

Cette évolution te porte plutôt chance, en attendant ! La vidéo lyrics de La disquette a généré plus de 5000 vues. C’est prometteur !

Pour l’instant, ça commence bien, en effet. Donc c’est chouette ! On a hâte de voir le clip, qui est actuellement en cours de montage. On prépare aussi la promo.

Y a-t-il un album en vue ?

On est en train de préparer un EP de six titres, avec plein de styles différents. Mais d’abord, on va se concentrer sur "La disquette" qui sort en janvier.

Propos recueillis Julien Vacheron