Le Brexit est plus proche que jamais. Ce jeudi, Donald Tusk, le président du Conseil européen, a déclaré que les dirigeants se réuniraient le dimanche 25 novembre au matin, à moins que 'quelque chose d'extraordinaire ne se produise' d'ici là. Le but de ce sommet sera de 'finaliser et formaliser' l'accord sur le Brexit. Le Royaume-Uni voit donc la sortie de l'Union européenne se rapprocher à grands pas.

Donald Tusk a exposé son intention de consulter les États membres, bien qu'il les ait exhortés à ne pas donner suite à leurs préoccupations concernant le fait que le Royaume-Uni soit doté d'une union douanière.

'Depuis le tout début, nous ne doutons pas que le Brexit est une situation de perdant-perdant et nos négociations portent uniquement sur le contrôle des dommages', a lancé le président du Conseil européen.

'Limiter les dommages du Brexit', selon Donald Tusk

Donald Tusk a appelé les ambassadeurs de l'Union européenne à ne pas faire 'trop de commentaires' lorsqu'ils examineront le texte juridique vendredi. Lundi, les ministres des 27 États membres se réuniront. Le président du Conseil européen a également déclaré que les ambassadeurs de l'UE envisageraient de réviser le mandat confié à Michel Barnier, qui mène les négociations sur le Brexit, afin d'aborder en profondeur le sujet des relations futures.

Michel Barnier a d'ailleurs assuré que l'accord, qui doit être signé le 25 novembre, est 'juste et équilibré'. Le Français estime cependant qu'il reste encore un long chemin à parcourir, tout en précisant que 'nous n'avons pas de temps à perdre'. Un Conseil européen également inquiet de la situation au Royaume-Uni.

Le ministre britannique chargé du Brexit démissionne

Theresa May devrait prochainement se retrouver en grande difficulté, elle qui s'est exprimée concernant cet accord et sa prochaine ratification.

Mercredi soir, elle a affirmé qu'il y avait eu 'décision collective du cabinet d'accepter l'accord de retrait et le projet de déclaration politique'. Une position qui a rapidement volé en éclats.

Le ministre chargé du Brexit, Dominic Raab, aurait déclaré à ses collègues qu'il s'agissait d'un accord 'indéfendable'. Il a donc annoncé sa démission. Le secrétaire d’État chargé de l'Irlande du Nord a lui aussi claqué la porte, laissant le gouvernement britannique en position de faiblesse, puisque d'autres démissions pourraient suivre dans les heures qui viennent.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite