Il est difficile d'imaginer ce que des migrants font pour subvenir à leurs besoins vitaux. Fuyant un pays, une guerre, une dictature ou tout simplement à la recherche d'une vie plus riche, les migrants sont nombreux en France et doivent faire preuve de force morale et physique afin de survivre. De plus, la créativité afin de trouver de l'argent est aussi essentielle afin d'atteindre leurs objectifs. Ce fut le cas pour trois immigrés vietnamiens retrouvés dans des fermes près de Montargis. Jusqu'ici rien de surprenant, le travail de la terre pourrait être une solution comme une autre afin d'obtenir une somme d'argent sur une durée limitée.

Cependant, il semblerait que ça ne soit pas tout à fait la véritable histoire. Les trois Vietnamiens étaient en fait des agriculteurs... de cannabis.

Un cocktail mélangeant drogue et travail forcé

Ces trois hommes n'ont pas seulement été arrêtés du fait de leurs identités mais aussi pour d'autres raisons mêlant drogue, travail forcé et donc filière d'immigration. Un cocktail assez intrigant qui implique trois Vietnamiens ainsi qu'un homme présumé dealer et sa compagne qui écoulaient leur marché de cannabis sur l'Essonne et le Val-de-Marne, selon France Bleu.

Le couple louait deux fermes près de Montargis dans le Loiret afin de produire leurs produits et leurs marchandises. Mais voilà, la propriétaire de ces fermes, retraitée de 67 ans, est aussi dans le coup car son compagnon aurait aussi été au courant de ce petit manège.

En effet, non seulement ce dernier consentait à la production de drogues dans les fermes de sa compagne mais il serait aussi celui qui aurait eu l'idée de contacter une filière d'immigration vietnamienne afin d'employer de la main d'oeuvre pour moins chère. De là proviennent donc les trois immigrés vietnamiens qui n'avaient que pour seul objectif : se rendre au Royaume Uni.

Une production de 1500 à 2000 pieds

Ainsi, afin de financer leur passage au Royaume Uni, les trois immigrés devaient trouver une somme estimée entre 20 000 et 40 000 euros. Une somme impressionnante pour des hommes n'ayant plus beaucoup d'argent après leur voyage depuis leur pays d'origine. C'est donc comme cela qu'ils ont été contraints d'accepter de cultiver du cannabis.

Ainsi, en l'espace de huit mois, les deux fermes auraient réalisé cinq récoltes. La production serait de 1.500 à 2.000 pieds. Ceci-dit, cette information serait une estimation car les trafiquants auraient été alertés par les agriculteurs vietnamiens et auraient eu le temps de détruire les pieds de cannabis avant que la police ne les trouve tous. Cependant, les forces de l'ordre ont trouvé des lampes et des bidons d'engrais qui ont été saisis. Le dealer et sa compagne, ainsi que le couple propriétaire des fermes ont été écroués, les autres ont été mis sous contrôle judiciaire après les interpellations réalisées par les policiers de l'Ocriest (Office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titre).

Ne manquez pas notre page Facebook!