Des parapluies au milieu des rayons d'un magasin Carrefour de Recife (nord-est du Brésil). C'est une image qui a fait le tour du Brésil en quelques heures et a indigné ses habitants. Ce vendredi 14 août, un employé du magasin est atteint d'une crise cardiaque et meurt sur le coup. C'est alors que son cadavre est laissé en plan, caché par des parapluies alors que les clients du magasin continuent de faire leurs courses.

Carrefour s'excuse

Le distributeur confirme, les ordres donnés étaient clairs : laisser le cadavre de l'employé sur place, ne pas déplacer le corps afin de ne pas déranger les clients en train de faire leurs courses.

Après la diffusion de la photo du rayon fermé avec des parapluies régnant au milieu de ce dernier, les clients du magasin et par la suite les Brésiliens se sont insurgés sur les réseaux sociaux.

Si les faits se sont passés ce vendredi 14 août, ils n'ont été révélés seulement ce mercredi 19 août, laissant deviner une grande diffusion de l'information suite au partage des photos de l'allée. Suite à ces remarques de la part des internautes, la marque de supermarchés s'est excusée auprès de ses clients dans un communiqué et sur son compte Twitter.

Elle a ajouté avoir eu "tort de ne pas fermer" après la mort de leur employé et pendant qu'ils attendaient le service funéraire.

La conjointe de la victime 'indignée' par les faits

Carrefour Brésil a précisé par la suite que le défunt employé travaillait dans le secteur de la vente. Suite à une crise cardiaque, il aurait reçu les premiers secours et l'aide d'une assistance médicale.

Malheureusement, ces soins n'auraient pas suffi à l'homme pour survivre.

Si l'entreprise s'est excusée auprès de la famille du défunt Manoel Moises Cavalcante, son épouse, Odeliva Cavalcante, n'en a rien fait. Elle a déclaré à G1, un site d'informations brésilien être "indignée". Elle ajoute avoir été prise d'un "sentiment horrible", dénonçant l'intérêt des hommes pour l'argent, qui "manque de respect".

Une nouvelle de plus négative pour la filiale française qui est accusée d'avoir laissé deux camionnettes d'invendus (tapenades, sandwichs, surgelés, champignons...) dans la forêt de Mormal dans le Nord, selon les informations partagées par France Bleu ce mercredi 19 août. Carrefour France a commenté les faits sur leur compte officiel Twitter : "Bonjour, nous ne connaissons pas l'origine de cet acte, mais celui-ci est totalement contraire à nos pratiques. Nous avons diligenté une enquête interne pour comprendre ce qu'il s'est passé." Les origines des informations sont donc à confirmer, mais Carrefour est ce jeudi 20 août en top trends Twitter suite à ces événements.

Ne manquez pas notre page Facebook!