Une violente dispute a éclaté dans la soirée du 21 août dernier dans la ville de Lyon. En plein centre-ville, place Bellecour à proximité de l’Office de tourisme, Augustin se serait interposé alors que des jeunes filles se faisaient importuner par cinq individus. Si les victimes harcelées par ces messieurs ont pu prendre ensuite la fuite, le jeune homme a quant à lui, passé un sale quart d’heure.

Augustin aurait été passé à tabac

En effet, d’après le témoignage de son grand frère posté sur Facebook dès le lendemain de cette altercation, Augustin a vraisemblablement été passé à tabac par ces hommes.

Dans sa publication son frère déclare : ‘Un groupe de cinq racailles agressent des filles et fracassent gratuitement mon frère sans que personne n’intervienne. Avec plusieurs dents cassées, la mâchoire fracturée, il doit se faire opérer des cervicales. Ce qui va lui faire louper sa première rentrée en études supérieures…’

L'affaire fait le tour des réseaux sociaux

Rapidement, ce message fait le tour des réseaux sociaux et l’information devient virale sur la toile. L’affaire crée beaucoup d’émoi en raison de l’extrême violence dont Augustin aurait été la victime. D’après des informations du journal Le Progrès, cette histoire a bien été confirmée par différentes sources liées à cette affaire. La famille d’Augustin a porté plainte au commissariat du 2e arrondissement de Lyon.

En revanche peu de témoignages permettent d’éclaircir totalement les faits racontés par Augustin. C’est pourquoi la police a lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux. Elle appelle alors ‘toute personne pouvant donner des informations sur cette agression d’un jeune homme de 17 ans, ce vendredi 21 août à prendre contact avec le commissariat du 2e arrondissement de la ville de Lyon.’

Le témoignage d'Augustin

Dans les médias qui ont relayé ce fait divers assez largement, la famille du jeune homme de 17 ans n’a pas hésité à témoigner leur sentiment d’insécurité.

Ainsi sur CNEWS la maman d’Augustin a souhaité que ‘justice soit faite’ en poursuivant qu’elle déplorait ‘cette insécurité permanente à Lyon’. Selon elle, le problème réside dans le fait que ces jeunes agissent en toute impunité en sachant pertinemment qu’on ne les retrouvera pas. D’après elle, pour son fils : ‘il était normal d’intervenir’.

S'il s'agit évidemment de faits isolés, il est vrai que plusieurs agressions du même type ont eu lieu cet été. Cette histoire rappelle tristement la violente agression d'une jeune fille de 19 ans qui promenait son chien à Nîmes.

Les internautes demandent 'justice pour Augustin'

Un sentiment très partagé sur les réseaux sociaux. Des milliers de personnes ont apporté leur soutien et ont tenu à exprimer leur gratitude face à l’acte d’Augustin qui a sans doute permis à ces jeunes filles de ne pas être agressées. Un hashtag #Justicepouraugustin a même été lancé sur Twitter et est resté plusieurs heures en tendances jusqu’à ce mardi 25 août.

Les politiques de la région se sont également émus de l’affaire.

Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône Alpes évoque ‘le courage admirable du jeune Augustin qui mérite que la violence de ses agresseurs, une bande de sauvage, soit frappée lourdement.’

En revanche, il semble que certains membres de l’extrême droite se soient aussi emparés de l’affaire et n’ont pas caché leur sentiment parfois radical à l’encontre des origines de ces présumés agresseurs.

Suivez la page Direct Live
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!