Donald Trump a prévenu : "Une seule chose fonctionnera" après 25 ans de négociations ratées entre les États-Unis et la Corée du Nord.

La Grande-Bretagne commence d'ailleurs à se sentir concernée par le dossier nord-coréen, au point qu’une source bien placée à Whitehall a déclaré que sa nation a ‘’plein de vaisseaux à envoyer’’.

Une option militaire britannique consiste en effet à déployer le nouveau porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth, selon Reuters ou la presse nationale locale.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Le possible conflit avec Pyongyang prendrait alors une tournure encore plus internationale… et armée. Des fonctionnaires ont aussi été chargés d'élaborer des plans sur la manière dont l'Angleterre réagirait si la guerre éclate avec le gouvernement de Kim Jong-un, alors que les tensions entre l'Occident et ce dernier s’intensifient encore plus.

Les détails de cette opération sont apparus après les récentes déclarations de Trump, qui s’en est encore pris à la Corée du Nord, tandis que ce pays poursuit les essais nucléaires et les tirs de roquettes en dépit d'une condamnation généralisée.

En retour, Kim Jong-un a répété que ses armes nucléaires étaient une "puissante dissuasion" qui garantit la souveraineté de sa nation.

Ces plans d'urgence ont été dressés par le Royaume-Uni au cours des derniers mois, alors que les observateurs craignent que ces tensions ne dégénèrent en troisième guerre mondiale.

Selon un scénario possible, le HMS Queen Elizabeth, ainsi que 12 chasseurs F-35B, seraient mis en service afin de rejoindre les navires de guerre américains situés au large de la péninsule coréenne. Le navire de 65 000 tonnes, qui compte un équipage de 700 personnes, pourrait être escorté par des destroyers de type 45 et des frégates de type 23.

Top vidéos du jour

L'Angleterre en guerre contre La Corée du Nord ?

Les ministres britanniques refusent pour l’instant de dire si le Royaume-Uni à un plan précis pour faire face à un conflit avec Pyongyang. Mais les militaires de Sa Majesté examinent des options, y compris des tactiques similaires à celles utilisées pour défendre les Malouines.

Alors que les menaces de Kim Jong-un sont pourtant concentrées sur les États-Unis, les responsables britanniques craignent donc que le Royaume-Uni ne soit entraîné dans une guerre contre le régime qui a été sanctionné par l'ONU [VIDEO].

Le secrétaire à la Défense, Sir Michael Fallon, a d’ailleurs déclaré à la dernière conférence du Parti conservateur que "Les essais illégaux de la Corée du Nord soulignent à quel point il serait irresponsable de mettre fin à la dissuasion qui nous protège. Jeremy Corbyn dit qu'il n'utilisera jamais d'armes nucléaires, mais Manchester et Londres sont plus proches de Pyongyang que Los Angeles."

Ce dernier précise qu’il n’hésiterait pas à envoyer des troupes au sol, avant d’appeler à une augmentation du budget alloué pour la défense, avertissant que les menaces à l'encontre de la Grande-Bretagne s'étaient intensifiées.

Le Queen Elizabeth effectue pour l’instant des essais en mer, à Portsmouth.