T'as mis 4 étoiles à ton dernier chauffeur Uber [VIDEO], puis t'as eu des remords quand t'as appris qu'en dessous de 4,5/5, des chauffeurs se faisaient désactiver leur compte ? Allez, sois pas trop triste, ça c'est de la pisse de chat comparé à ce qui est en train d'être mijoté dans les marmites de différents gouvernements, et notamment en Chine.

L'Empire du Milieu, très à la pointe de la modernité quand il s'agit de ficher le peuple, a lancé en 2014 un système de réputation qui permet aux autorités d'attribuer une note aux citoyens. Pour l'instant, ça fonctionne sur la base du volontariat ; mais dès 2020, tous les chinois vont être obligés d'y adhérer.

Le "Crédit Social" : un œil permanent qui observe et juge

Imagine : dans une journée, tout ce que tu fais, dis, achètes, postes sur les Réseaux sociaux, même ton état de santé, tes infractions, tes dettes, en gros tous tes choix et ce que tu es sont observés.

Grâce à des critères de notation morale, toutes ces données, rassemblées et prises en charge par un ordinateur, donnent lieu à un Crédit Social.

Alors, certes, quasi toutes ces actions sont déjà plus ou moins entre les mains de différents acteurs, si ce n'est le gouvernement (même le notre, oui). Entre le smartphone qu'on se trimballe, Facebook, Google, Apple, Amazon, les cartes de fidélités, ce que les banques savent sur nous, etc... On donne déjà un nombre incroyable d'informations, à notre insu ou volontairement. La différence, par contre, avec le Crédit Social en Chine, c'est qu'il y a quelqu'un pour dire ce qui est bien et ce qui est mauvais. Et, le cas échéant, pour sanctionner.

T'as pas intérêt à avoir un comportement déviant

Imagine : ça arrive. T'as déconné, tu t'es fait virer de ton boulot.

T'es allé claquer du fric en le jouant, tu t'es saoulé, t'as commencé à insulter le gouvernement sur les réseaux sociaux, puis t'as lancé ta bouteille d'alcool quasi frelaté sur une caméra, et t'as arrosé tout ça en urinant contre le mur dans un parking. Ne t'inquiète pas, le système de reconnaissance faciale instantané (en cours de déploiement dans tout le pays) a tout enregistré. Ta note a baissé en temps réel. Voici les sanctions que tu encours :

  • Plus de possibilité d'accéder à un poste dans le service public.
  • Plus de possibilité d'accéder à des postes de cadres/dirigeants dans les secteurs alimentaires et pharmaceutique.
  • Plus d'accès à la sécurité sociale/les différentes aides sociales.
  • Traitement lent des informations aux douanes ; attente volontaire au bénéfice d'autres citoyens plus vertueux.
  • Plus de possibilité de dormir dans un lit dans un train de nuit.
  • Plus de possibilité de réserver dans des restaurants et hôtels de qualité, difficultés pour voyager.
  • Plus de possibilité pour les enfants d'accéder à des écoles prestigieuses.
  • Ralentissement des connexions internet.

La liste est bien entendu non exhaustive, et ne reflète que les informations qui ont été obtenues pour l'instant.

Tu crois que c'est une blague, ou des rumeurs de la part de conspirationnistes ? Il existe déjà en ce moment un système de notation qui ne concerne que les réseaux sociaux en Chine, afin de débusquer les individus trop critiques. WeChat et Alibaba, les géants d'internet locaux, proposent déjà des systèmes de notations internes à leurs applications. Les sanctions vont de la perte du droit d'utiliser leurs logiciels, jusqu'au refus de réserver un vol d'avion. À contrario, les utilisateurs bien notés ont droit à des facilités de paiement, des fouilles allégées aux aéroports... De quoi haïr ces premiers de la classe.

Comment le gouvernement justifie-t-il de telles mesures ?

Imagine : demain, on te dit qu'une telle horreur débarque en France. Tu t'apprêtes forcément à prendre ta fourche, et à descendre dans la rue pour réclamer la tête du Roi... Et pourquoi pas la même chose de la part des chinois ? Bah, tout d'abord, ça a ses avantages.

Le gouvernement justifie ces réformes par une confiance accrue en la société chinoise dans de nombreux domaines ; autant entre les citoyens, qu'envers les entreprises. Car elles aussi seront soumises au système de notation ; ainsi, il s'agirait d'un bon moyen de lutter contre la corruption, les impayés, les escroqueries, pour améliorer la qualité globale de ce que propose le marché... Et ainsi pour augmenter grandement la réputation de la Chine au niveau commercial international. Ensuite, le peuple chinois a un mode de vie en cours de mutation ultrarapide. Le pouvoir d'achat a augmenté très rapidement, sans pour autant connaître de grands bouleversements au niveau du contrôle exercé par l'État. Il est vu comme normal d'être espionné de toute part, la démultiplication des moyens d'interaction numériques avec son environnement (et donc de leur traçage par l'autorité) bat son plein et rencontre un succès croissant ; d'ailleurs, la Chine sera sûrement le premier pays à abandonner la monnaie physique. Les citoyens sont habitués à ne pas avoir de vie privée vis-à-vis de leur État.

En tout cas, en attendant que tout ça n'entre en fonction dans ces contrées éloignées, le mieux, c'est de profiter un maximum de ce à quoi on a droit, nous, ici. Et d'être heureux : parce que personne ne te dira rien si ta danse en face de ton ordinateur est ridicule. Mais aussi parce que c'est toujours mieux de sourire, quand t'es filmé. Même par ta propre webcam.