Président National du SNJC (Syndicat National des Journalistes du Cameroun) depuis plus de 4 ans, Denis Kwebo a toujours su mener bien sa barque. C'est sans conteste qu'il se présente comme candidat au Comité Exécutif de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ). Ce congrès se tient actuellement à Tunis, où sera formé ce Comité Exécutif de la FIJ.

En 22 ans de journalisme, Denis Kwebo a uniquement été au service de la vérité en balayant progressivement ses actions sur le terrain et lors de ses productions.

Œuvrant chaque jour pour la protection et la sécurité des journalistes, il se démarque par sa vigueur et sa persévérance face aux problèmes rencontrés. Ça a été le cas pour la journaliste Mimi Méfo, le cas Thierry Atangana, ou encore pour la demande de libération du journaliste Michel Biem Tong par le SNJC. "Dans une certaine mesure, le Cameroun peut être cité comme parmi les pays africains où les journalistes se mobilisent le plus et le mieux. Et dans le cas d'espèce, ils le font face aux violations de leur liberté. Cela se confirme par un grand travail de mobilisation et d'organisation fourni par le SNJC dont je suis le président", a commenté Denis Kwebo.

Denis Kwebo œuvre pour une presse responsable

Le journaliste camerounais a été élu en 2016 au SNJC, puis en 2018 au Comité Directeur de la Fédération Africaine des Journalistes (FAJ). D'où cette implication personnelle et professionnelle pour sa candidature au Comité Exécutif de la FIJ. Dans ses multiples perspectives de travail, le Président du SNJC a opté pour 8 raisons essentielles à postuler pour ce Comité.

Comme première raison, il propose de contribuer au développement de la culture syndicale dans les médias africains. En second recours, le journaliste tient à faire de la FIJ, le principal relais de toutes les communications, ceci dans les Normes Internationales de Travail. La 3e raison applicable serait celle de faire participer le maximum possible de journalistes à la chaîne mondiale de solidarité incarnée par la FIJ.

Le SNJC toujours plus fort et solidaire

Dans une 4e proposition pour assainir la profession, Denis Kwebo propose d'œuvrer à la protection et la sécurité de tous les journalistes en Afrique. La 5e et la 6e proposition devraient contribuer à la formation et la promotion du journalisme de qualité en Afrique. Toujours dans cette même configuration, le combat contre la corruption dans les médias et contre les discours extrémistes violents et de haine seront les deux dernières propositions.

Comme l'a répété Denis Kwebo lors d'un séminaire consacré à la Responsabilité Sociale du Journaliste à l'Ère du Numérique (du 23 au 24 mai 2019 à Yaoundé), le journaliste doit être un modèle. Bien présent dans l'univers médiatique, le président du SNJC de part son engagement, représente assez régulièrement le Cameroun dans de nombreuses rencontres internationales. Ayant des visées progressistes, il formule régulièrement son attentisme pour une presse qualifiée et professionnelle.

Ne manquez pas notre page Facebook!
Lire la suite