Dans une optique de mieux relancer la sphère politique dans un climat apaisé et conforme, la 1ère rencontre de Gouverneurs a posé les jalons de cette assise. Régentée par le Minat (Ministère de l’Administration Territoriale), elle s’est tenue du 13 au 14 janvier 2020, à la salle de conférence de l’hôtel de ville de Yaoundé.

Paul Atanga Nji (ministre de l’Administration Territoriale), a instruit à chacun des chefs de régions de se tenir prêts pour assurer la sécurité des votants, des citoyens et des populations.

Sachant que le double scrutin (élections municipales et législatives) va se dérouler 9 février 2020, le Minat a mis en garde quiconque oserait défier l’Etat en s’opposant à la tenue de ce grand rendez-vous de l’histoire du Cameroun. Les travaux se sont donc ouverts sous haute instruction du président de la République Paul Biya.

Le Cameroun sur la route des municipales et législatives

Le Gouvernement a accordé à Elecam (Election’s Cameroun), l’encadrement nécessaire pour organiser ces élections dans la transparence et le professionnalisme.

"Les élections doivent effectivement avoir lieu sur l’ensemble du territoire national et sans entrave", comme l’a souligné le Minat lors de l’ouverture des travaux. Ce scrutin sera effectif dans les 58 départements et les 360 arrondissements du Cameroun et ce en toute sérénité. Les gouverneurs et les FDS (Forces de Défenses et de Sécurité) feront leur travail dans les régions, particulièrement dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO).

"Les élections participent au processus démocratique d’un pays. Boycotter les élections consiste à aller contre les préceptes de démocratie et contre la paix au Cameroun. Malgré les écarts de comportements de certains hommes politiques, l’Etat respecte leurs choix, car ils sont libres de participer ou non à ce scrutin. Il est inacceptable et intolérable de dire qu’on n’ira pas aux élections et d’empêcher d’autres camerounais à accomplir leur devoir citoyen.

Il a été révélé que ceux qui prônent le boycott, ne représentent même pas 0,0075% de l’électorat. Ce qui convient à dire que l’immense majorité l’emporte", a fini Paul Atanga Nji lors de la session de travail.

Une conférence nécessaire au double scrutin

Le ministre dans son discours a évoqué le fait que chaque citoyen a le choix de servir Dieu ou le choix de servir Satan. "La haine ou le complot contre les institutions républicaines ne sont pas favorables à la bonne marche de ce scrutin.

Ceux qui travaillent pour les institutions républicaines et les respectent travaillent pour Dieu", a continué le Minat.

Elecam qui est l’organe chargé de réguler et d’organiser ces élections va s’occuper de la logistique et des différents acteurs qui contribueront à donner une plus-value dans la transparence et la neutralité. Les appels au boycott ne seront pas tolérés et la justice s’occupera des fauteurs de troubles et des individus qui véhiculent des messages de haines sur les réseaux sociaux.

La conférence des gouverneurs vient ainsi rehausser le sentiment d’accalmie et de confiance qui règne dans les 10 régions du Cameroun.

Ne manquez pas notre page Facebook!