Brésil : Est-ce que le gel hydroalcoolique est dangereux et peut prendre feu face au soleil ou à une forte chaleur?

Déclaration: Plusieurs images ont été partagées sur Internet et montrent des effets dangereux du gel hydroalcoolique. Comme Le Monde l’explique, ces images sont des photos ré-utilisées et ne montrent pas que le gel hydroalcoolique peut prendre feu.

Les faits : L’image la plus partagée est celle d’une porte de voiture brûlée montrant à l’internaute que le gel est inflammable. L’autre picture est celle d’une main brûlée. La légende est : “Urgent. Faites attention ne vous approchez pas des fours une fois que vous avez utilisé le gel hydroalcoolique.

Utilisez du savon de Marseille à la maison”.

Vérité : L'information a été partagée sur plusieurs réseaux sociaux brésiliens et s’est diffusée jusqu’à atteindre des pays comme la France et la Tunisie. Estadao, un journal brésilien a publié un article le 28 avril pour réfuter cette déclaration. Le professeur Reinaldo Bazito de l’Institut de Chimie à l’Université de Sao Paulo explique que l’alcool contenu dans le gel hydroalcoolique a une chance très faible de prendre feu dans une voiture. Les gel hydroalcooliques contiennent approximativement 70% d’alcool comme l’éthanol. Cela signifie que c’est un produit inflammable mais le professeur précise: “pour que l’alcool démarre une combustion spontanée sans la présence d’une source inflammable, il faudrait atteindre une température de 363°C”.

Ainsi, il est impossible d’atteindre cette température dans une voiture exposée au soleil.

La photo de la main diffusée sur les réseaux sociaux français est une image ré-utilisée. La photo originale a été publiée en 2016 sur un site canadien, Mesdemoiselles Survie, qui donne des astuces afin de guérir les brûlures, selon Hoax-net.

Cette image est une brûlure au second ou troisième degré après un accident avec une casserole d’eau bouillante. Rien à voir avec l’utilisation de gel hydroalcoolique.

Italie - Est-ce que l’Italie a demandé l’arrestation de Bill Gates ?

Déclaration : Le gouvernement italien a demandé l’arrestation de Bill Gates pour “crimes contre l’humanité”.

Selon Snopes, cette déclaration est fausse.

Les faits: Une chaîne YouTube appelée “prisoners0fprogress” a publié une vidéo ce 14 mai avec pour légende : “Le gouvernement italien demande l’arrestation de Bill Gates”. Cette vidéo, en Italien avec des sous-titres anglais, a reçu plus d’un million de vues sur YouTube et a été partagée mondialement sur les réseaux sociaux. Dessus, Sara Cunial - une député conservatrice connue aussi pour son rôle d’activiste anti-vaccin- parle au parlement, en déclarant que Bill Gates serait derrière la pandémie avec pour objectif de “dépopuler la planète” à travers l’utilisation du vaccin. Après six minutes durant lesquelles elle expose ses arguments, elle demande l’arrestation de Bill Gates pour “crimes contre l’humanité” avant de se faire huer par ses collègues.

Vérité: Ce point de vue n’a pas été partagé par le gouvernement italien et il est ainsi seulement l’opinion personnel de Cunial. Depuis l’émergence de l’épidémie du COVID-19, Bill Gates a été accusé de plusieurs théories conspirationnistes se basant sur de nombreuses déclarations non fondées. Ces théories ont été examinées par des contrôleurs d’informations et prouvées comme fausses, dont celle prônant le fait que Gates et sa fondation - La Fondation Bill et Melinda Gates - ont été accusés d’être derrière la pandémie et de développer des vaccins afin de faire de l’argent et contrôler l’économie mondiale.

Etats-Unis - Est-ce que l’hydroxychloroquine est une solution pour éviter d’avoir les symptômes du Coronavirus comme Trump le dit ?

Déclaration : Le président Trump a déclaré publiquement qu’il prenait de l’hydroxychloroquine depuis deux semaines. Il met en avant le fait que c’est un bon moyen d’éviter les virus du Coronavirus. Comme The Guardian précise, les paroles de Donald Trump ne devraient pas être prises comme de sérieux conseils médicaux puisque l’OMS et l’Institut Américain National de la Santé sont toujours en train de faire des tests et d’étudier cette théorie.

Les faits : Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a déclaré lors d’une conférence de presse ce lundi 18 mai : “J’en prend depuis une semaine et demi et je suis encore là, je suis encore là”.

Il a aussi ajouté : “Vous seriez surpris par le nombre de personnes qui en prennent, surtout chez les travailleurs en première ligne, beaucoup d’entre eux en prennent”, a-t-il déclaré aux journalistes. Après que les reporters lui aient demandé une preuve, il a déclaré : “J’ai entendu de bonnes histoires [sur l'hydroxychloroquine] et si ce n’est pas bon, je vous le dirais tout de suite - vous savez, je ne vais pas en souffrir.”

Vérité : Il n’y a actuellement pas de remède ou de vaccin contre le Covid-19. Si quelques études ont montré que l’hydroxychloroquine pouvait aider à diminuer les symptômes liés au coronavirus, les recherches ne sont pas concluantes.

L’OMS fait des recherches pour voir si l’hydroxychloroquine peut être utilisé comme un traitement contre la Coronavirus.

L'Institut Américain National de la Santé est aussi à la recherche d’un possible remède grâce à l’hydroxychloroquine et fait des essais cliniques. Cependant, aucun résultat positif n’a été trouvé pour le moment.

Il y a de nombreux effets secondaires à prendre en compte. Selon The Guardian, l’hydroxychloroquine peut interférer avec le rythme cardiaque et causer des maux de têtes, des vertiges, de la nausée, des vomissements, des douleurs d’estomac, des démangeaisons et des pertes de cheveux. Comme la Clinique Mayo le rappelle, les médicaments “non certifiés” comme l’hydroxychloroquine peut amener à “des morts cardiaques soudaines”. L’hydroxychloroquine n’est pas un remède contre le nouveau Coronavirus.

Aucun traitement ou vaccin n’a été trouvé pour le moment.

Madagascar - Est-il vrai que l’OMS a soudoyé le président de Madagascar pour qu’il empoisonne son remède contre le Covid-19 ?

Déclaration : Le président de Madagascar, Andry Roajoeilina, a accusé l’OMS de lui avoir offert 20 million de dollars comme pot-de-vin afin qu’il empoisonne son thé à base de plantes qu’il décrit comme un remède contre le Covid-19.

Selon AFP Fact Check, “il n’y a aucune preuve que le président malgache a dit que l’OMS lui avait offert un pot-de-vin pour empoisonner son remède contre le COVID-19”.

Les faits: Deux journaux tanzanien ont déclaré que l’OMS avait offert “20 million de dollars de pot-de-vin pour voir “le médicament contre le COVID-19 empoisonné”. Ces articles disent que cette allégation a été faite durant un interview sur la chaîne française France 24. Des captures d’écran de ces publications ont été partagées des centaines de fois sur Facebook.

Vérité: Andry Roajoelina a partagé son thé à base de plantes comme un remède contre le nouveau Coronavirus. Cette boisson a été créé par l’Institut Malgache de Recherche Appliquée et se base sur l'armoise, une plante à l’efficacité prouvée comme traitement contre la malaria.

L’OMS a déclaré que ce produit n’avait pas encore été “testé afin que l’on puisse prouver son efficacité”. En plus de cela, le Centre Africain pour les Contrôles et la Prévention des Maladies a déclaré que le thé devait être “testé rigoureusement”. Cependant, Roajoelina a confirmé sa déclaration et dit que son pays a trouvé un remède contre le COVID-19. Ce produit, connu sous le nom de Covid-Organics, a été envoyé en Tanzanie après que son président, John Pombe Magufuli, ait demandé de l’essayer.

Si Roajoelina déclare avoir trouvé un remède contre le COVID-19, il n’y aucune preuve que l’OMS ait offert des pots-de-vin pour “empoisonner ce dernier”. Roajoelina a donné un interview à France 24, mais comme l’AFP le précise, il n’y aucune preuve de cette déclaration dans la vidéo.

De plus, le président malgache a réfuté les allégations du 14 mai, selon l’AFP. L’OMS n’a donc jamais offert de pots-de-vin à Roajoelina pour “empoisonner le remède contre le COVID-19”. Le Covid-Organics n’a pas été vérifié et ne devrait pas être pris comme un remède sérieux.

Nigéria - Est-ce que le Nigéria a imposé un couvre-feu afin d’installer des antennes 5G ?

Déclaration: Le gouvernement nigérian a imposé un couvre feu pour permettre aux compagnies chinoises d’installer des antennes 5G.

Selon l’AFP Fact Check, “Le Nigéria a imposé un couvre-feu pour ralentir la propagation du COVID-19 et n’a pas installé d’antennes de réseaux 5G”.

Les faits : Un post Facebook montrant une image d’antenne 5G, a été partagé des centaines de fois et a été diffusé avec pour légende: “Le gouvernement nigérien impose un couvre-feu pour permettre aux Chinois de monter leurs antennes 5G”. Plusieurs théories conspirationnistes déclarent qu’il y aurait un lien entre les réseaux 5G et la pandémie. Selon plusieurs histoires discréditées, les réseaux 5G pourraient être derrière la pandémie.

Vérité: AFP Fact Check a enquêté sur l’origine de la photo et a trouvé qu’elle avait été prise à Cardiff, au Royaume-Uni, par le photographe Matthew Horwood. La légende de la photo est : “Une antenne de réseau 5G prise le 4 avril 2020 à Cardiff, Royaume-Uni. Il y a eu plusieurs cas isolés d’antennes de réseau 5G vandalisées suite à la déclaration en ligne sur le fait que les antennes sont responsables du coronavirus”.

La Commission de Communication Nigérienne a déclaré qu’aucune licence de réseau 5G n’avait été demandée aux réseaux de télécommunication au Nigéria. “Il n’y a pas de déploiement de la 5G au Nigéria en ce moment”, a dit la CCN selon l’AFP.

Le Nigéria n’a pas imposé de couvre-feu pour construire des antennes de réseau 5G et comme l’AFP Fact Check démontre: “Des théories conspirationnistes trouvées en ligne blâment les réseaux 5G pour la pandémie à travers des attaques faites par des tours de 5G le mois dernier, dans des pays européens, comme la Grande-Bretagne ou Chypre. Des experts rejettent catégoriquement cette théorie.”

Suivez la page Donald Trump
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!