Le monde de l'information est complexe - et de fausses histoires et visuels sont souvent largement partagés sur les réseaux sociaux. L'équipe éditoriale de Blasting News repère chaque semaine les canulars et les informations trompeuses les plus populaires pour vous aider à discerner le vrai du faux. Voici les revendications les plus partagées de cette semaine, aucune d’elles n'est légitime.

ETATS-UNIS

Déclaration : Le COVID-19 “est sur le point de perdre” son statut épidémique aux États-Unis selon les données du CDC

Les faits : Des rapports en ligne ont été partagés sur plusieurs plateformes d'information affirmant que le “COVID-19 est sur le point de perdre son statut épidémique aux États-Unis, selon le CDC”. Afin d’apporter des preuves à cette affirmation, plusieurs médias ont cité le rapport “COVIDView” publié par le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) du 4 juillet montrant un nombre décroissant de décès au cours des dernières semaines.

Comme le rapporte Snopes, les plateformes d'information ont supposé que suite à ces chiffres, le COVID-19 ne serait plus classé comme une épidémie dans les semaines suivantes.

La vérité : Comme le rapporte Snopes, le CDC "n'a fait aucune annonce concernant la classification des épidémies de COVID-19". De plus, le principal indicateur d’une épidémie est “le nombre de cas de maladie supérieur à ce qui est normalement attendu dans cette population dans cette zone”, comme le définit le CDC, et non le nombre de décès.

D’autres part, si des médias comme Just News mentionnent le fait que les chiffres peuvent changer, ils ne précisent pas que dans le même rapport du CDC il est aussi écrit: “La mortalité attribuée au COVID-19 a diminué par rapport à la semaine dernière et est actuellement au seuil de l’épidémie mais augmentera probablement à mesure que des certificats de décès supplémentaires seront traités”.

Les données partagées sont donc incomplètes et ne prouvent pas que le COVID-19 ne sera plus classé comme épidémie dans les prochains jours aux Etat-Unis.

ETATS-UNIS

Déclaration : Tom Hanks est enregistré dans les journaux de vol de Jeffrey Epstein

Les faits : Une déclaration a été partagée sur les réseaux sociaux clamant que l'acteur Tom Hanks avait pris l'avion à bord du “Lolita Express”, le jet privé de Jeffrey Epstein, vers son île des Caraïbes.

La vérité : Le défunt financier Jeffrey Epstein a été arrêté en 2019 pour trafic sexuel impliquant des filles mineures. Son jet privé a été appelé par les locaux, “Lolita Express” en raison des arrivées récurrentes de filles mineures à Little Saint James, dans les Caraïbes. Le nom fait donc référence au roman de Vladimir Nabokov racontant l’histoire d’un professeur de littérature qui justifie le viol et l'agression sexuelle répétés d'une fillette de 12 ans. Après ces déclarations, le New York Times a partagé en 2019 une liste des invités d'Epstein sur ce bateau, y compris des enregistrements des journaux de vol de 1995 à 2013. Cependant, comme le rapporte Reuters, le nom de Tom Hanks n'apparaît pas dans cette liste, ce qui prouve qu'il n'est pas enregistré dans les journaux de vol d'Epstein.

ROYAUME-UNI

Déclaration : Une fille kidnappée peut être retrouvée si les internautes regardent une certaine vidéo

Les faits : Certains utilisateurs des réseaux sociaux ont partagé une page affirmant: “Alice de [lieu] a été kidnappée! Quelqu'un l'a vue? Aidez-nous à la retrouver. [VOIR VIDEO]”. Le lieu de l’enlèvement change entre différentes villes du Royaume-Uni telles que Walsall, Slough, East Ayrshire et Stoke-on-Trent, comme le rapporte Reuters.

La vérité : Le message est une arnaque d'hameçonnage. Ce système demande aux internautes d'entrer leurs coordonnées Facebook afin de regarder la vidéo. L'image miniature de cette dernière ne représente pas une enfant anglaise mais est "une photographie utilisée dans le reportage d'un enlèvement et du meurtre d'un enfant de trois ans en Inde en 2019", comme le rapporte Reuters.

De plus, l'organisme de bienfaisance «Missing People» qui enregistre toutes les personnes disparues au Royaume-Uni n'a jamais mentionné une fille appelée Alice.

ETATS UNIS

Déclaration : LeBron James a menacé de quitter la NBA à cause de l'hymne national

Les faits : Une capture d'écran du titre d'un article a été partagée sur les réseaux sociaux, affirmant que LeBron James avait dit à la NBA: "Virez l'hymne ou je démissionne".

La vérité : Cet article provient d'une page satirique. LeBron James n'a jamais dit ces mots qui sont fictifs. Comme l'a repéré Reuters, le logo «Allods» dans le coin supérieur gauche de l'image fait référence à une série de sites web satiriques, dont «Bustatroll.org» et «America’s Last Line of Defense».

ROYAUME-UNI

Déclaration : Un politicien britannique a déclaré dans un article qu'il "ne serait jamais d'accord d'être blanc sous notre surveillance"

Les faits : Une image partagée sur Facebook et Twitter suggère faussement que le député britannique du Parti travailliste David Lammy a déclaré dans un article d'opinion qu'il "ne serait jamais acceptable d'être blanc sous notre surveillance". L'image, qui imite un titre de The Guardian, présente un portrait de Lammy à côté de la citation: "Soyons très clairs à ce sujet, ‘c’est ok d’être blanc’ est une affirmation nazie. Il ne sera jamais acceptable d'être blanc sous notre surveillance”.

La vérité : Selon Reuters Fact Check, l'image partagée sur les réseaux sociaux semble avoir été créée à l'aide du site Web “guardianmeme”, qui permet aux gens de créer de faux titres en utilisant la mise en page du journal britannique, The Guardian.

Lammy contribue périodiquement avec The Guardian, mais la phrase partagée n'apparaît dans aucun de ses articles sur le site du journal.

BOLIVIE

Déclaration : L'ivermectine peut sauver du Covid-19

Les faits : Une vidéo publiée par un compte Facebook bolivien montre un pasteur mexicain proclamant que le médicament ivermectine, approuvé pour une utilisation contre les vers parasites, est efficace pour traiter ou prévenir du nouveau coronavirus.

La vérité : Malgré le fait que l'ivermectine soit effectivement testée comme un remède contre le Covid-19 dans des essais cliniques, l'efficacité du médicament n'est pas encore confirmée. Selon l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS), l'ivermectine "est utilisée à tort pour le traitement du Covid-19", "sans aucune preuve scientifique de son efficacité et de son innocuité pour le traitement de cette maladie".

Aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) dit que ce médicament n'est pas encore certifié afin de pouvoir traiter le Covid-19.

BRÉSIL

Déclaration : Les écouvillons utilisés pour tester le COVID-19 peuvent endommager le cerveau

Les faits : Une image publiée sur un compte Facebook brésilien et partagée plus de 1 500 fois indique que les écouvillons nasaux utilisés dans le test de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le COVID-19 prélèvent des échantillons de la barrière hémato-encéphalique qui, s'ils sont compromis, peuvent conduire à l'inflammation cérébrale et à la mort. Le message partagé a la légende suivante: “Quelqu'un a-t-il été effrayé par la taille de cet écouvillon ?

L'endroit où ils vont chercher un échantillon pour le test Covid-19 s'appelle une barrière hémato-encéphalique. Il s'agit d'une seule couche de cellules qui protège votre cerveau contre les métaux lourds, les pesticides et autres substances toxiques qui sont généralement tenus à l'écart. C'est ainsi que les nutriments essentiels, comme l'oxygène, parviennent au cerveau. Si votre barrière sanguine est compromise de quelque façon que ce soit, elle devient une barrière cérébrale d'échappement, qui est un cerveau enflammé!”

La vérité : L'affirmation selon laquelle les tests du COVID-19 doivent collecter des échantillons de la barrière hémato-encéphalique est fausse. Dans une interview accordée à la radio CBN, l'infectiologue Ingrid Cotta, de l'hôpital Beneficência Portuguesa de São Paulo déclare: "l'écouvillon est relativement grand, mais il ne pénètre que dans le nasopharynx.

L'inconfort qu'il peut provoquer génère certaines craintes. Mais nous devons nous souvenir des cours de sciences à l'école: entre le nasopharynx et le cerveau, il y a plusieurs structures, la muqueuse nasale, l'os du crâne, la barrière hémato-encéphalique et le liquide céphalo-rachidien. L'écouvillon ne parvient pas à percer la barrière ou l'os du crâne”.

PALESTINE

Déclaration : Une Palestinienne fixe un officier de police anti-émeute pendant une manifestation à Jérusalem

Les faits : Une photo publiée sur Facebook et partagée des centaines de fois montre une jeune femme fixant un officier de police anti-émeute. Le poste affirme que la femme est une Palestinienne protestant contre l’occupation par Israël de la mosquée Al-Aqsa, à Jérusalem.

La légende du message se lit comme suit: “Je ne suis pas une fille musulmane Tiktokeuse écervelée et stupide. Je suis une fille musulmane arabe. Je me battrai pour mon Masjid-ul-Aqsa jusqu'au dernier souffle de ma vie. Arrêtez-moi si vous le pouvez ! Une brave sœur palestinienne. Qu'Allah protège nos frères et sœurs palestiniens ... Ameen Ya Rabb.”

La vérité : Selon AFP Fact Check, la déclaration est fausse. La photo a été prise par l'agence de presse Reuters lors d'une manifestation politique au Chili en septembre 2016. Selon Carlos Vera, le photographe qui a pris la photo, dans une déclaration au journal chilien La Tercera, la jeune femme “se tenait devant le flic avec un air de défi” après avoir vu les autorités commencer à “détenir sélectivement des gens”.

Ne manquez pas notre page Facebook!