La popularisation d'Internet depuis les années 90 et la prolifération des plateformes de réseaux sociaux ont représenté un véritable tournant pour l'industrie des médias. Alors que les soi-disant médias traditionnels tentent de s'adapter à cette nouvelle réalité, l'univers numérique a apporté à ceux qui n'étaient que des consommateurs d'informations la possibilité sans précédent de devenir des créateurs de contenu.

Selon Jeff Jarvis, critique médiatique et professeur à la Craig Newmark Graduate School of Journalism à New York, “Internet permet à la société de réapprendre à tenir une conversation avec elle-même, et non plus avec les gardiens des grands médias. ”

Dans une interview accordée à Blasting News, Jarvis défend que le Journalisme devrait repenser son rôle dans la société et se voir “non pas comme une usine fabriquant un produit appelé contenu”, mais “comme un service qui aide les gens à améliorer leur vie et leurs communautés”.

“Internet est aujourd'hui conçu pour parler, pas pour écouter. Ce qui m'excite donc dans une prochaine phase d’Internet, c'est de créer un réseau d'écoute”, explique Jarvis. "C’est une occasion, je pense, pour nous de laisser les gens parler, parce qu'ils vont le faire de toute façon, mais ensuite cela ajoutera de la valeur à cette conversation."

Donnant l'exemple de la jeune femme de 17 ans qui a tourné la vidéo du meurtre de George Floyd et l'a mise en ligne, Jarvis défend que “n'importe qui peut faire du journalisme actif” de nos jours.

Il défend également que les médias de masse devraient cesser de “se répéter, se réécrire sur les informations sur les produits de base”, et au lieu de cela, déplacer ces ressources vers un journalisme plus d'investigation, où des journalistes professionnels seront toujours nécessaires.

Que définiriez-vous comme journalisme social ?

L'accent est mis sur ceci. Nous ne commençons pas par le contenu, nous commençons par une conversation. Nous ne commençons pas par le contenu, nous commençons par les communautés. Les élèves trouvent une communauté qui est auto-définie. Une communauté de personnes qui ont un besoin partagé et une vision partagée du monde.

Ensuite, ils observent, écoutent, font preuve d'empathie, reflètent ces communautés et leurs besoins, et alors seulement, peuvent-ils commencer à comprendre quel journalisme peut être nécessaire et bienvenu.

[...] Je pense fondamentalement avec ce qu'a dit le professeur James Carey de l'Université de Columbia, qu'une démocratie est une conversation. Je crois que ce que fait Internet permet à la société de réapprendre à tenir une conversation avec elle-même, et non plus avec les gardiens des grands médias ou les médias de masse traitant tout le monde de la même façon mais au lieu de cela, être capable de reconnaître les gens comme des individus et des membres des communautés. Reconnaître le journalisme, avant tout, non pas comme une usine fabriquant un produit appelé contenu, mais plutôt reconnaître le journalisme comme un service qui aide les gens à améliorer leur vie et leurs communautés.

Dans votre blog, vous défendez le fait que le journalisme ne doit pas être considéré comme «la fabrication d'une marchandise - un contenu - mais plutôt comme un service». Pourriez-vous mieux expliquer quelle serait cette différence ?

Je veux citer encore une fois James Carey. Il dit que le journalisme n'informe pas la conversation publique, il est informé par la conversation publique. Donc, la première compétence clé que nous enseignons, et cela peut sembler banal et simple, mais c'est vrai, c'est écouter.

(…) Nous avons beaucoup parlé du journalisme d'impact aujourd'hui, mais c'est généralement: “J'ai écrit mon histoire. Combien de personnes l'ont lu ? Combien de personnes y ont passé du temps ?

Cela a t-il changé des lois ? " D'accord. Mais il ne s'agit pas vraiment de l'impact sur la vie des gens. Avons-nous amélioré la vie des gens ? Nous devons changer les paramètres de notre profession, être basés sur la communauté, non pas sur les clics, pas sur le temps passé et l'attention. Ce sont de vieux modèles de médias de masse. Au lieu de cela, nous devons demander: "Nous vous avons aidé ?"

Blasting News est une plateforme ouverte et notre mission est de donner une voix aux gens. Dans quelle mesure pensez-vous que cela est possible et quels sont les principaux défis ?

Je pense que nous avons intimidé les gens avec l'idée d'écrire, que l'écriture est difficile, et seules certaines personnes peuvent le faire.

Mais tout le monde peut parler. Et nous le constatons certainement sur les réseaux sociaux, sur Twitter et Facebook. Comme j'aime à le dire, Twitter n'est pas le New York Times, c'est Times Square. C'est juste un endroit où les gens parlent, cela remonte à la notion de James Carey, que la société est une conversation. C'est pourquoi je m'oppose à l'idée que Twitter, Facebook et Google sont des médias, ils ne le sont pas. Ils sont quelque chose de nouveau. Internet est une machine de connexion. Il connecte les gens entre eux, avec des informations, des informations avec des informations, etc. Donc, les gens ont déjà des conversations. Je pense que ce que nous voulons faire, c'est essayer d'améliorer ces conversations.

(…) C’est l'occasion, je pense, pour nous de laisser les gens parler, parce qu'ils vont le faire de toute manière, mais il faut ensuite ajouter de la valeur à cette conversation. Je suis donc ravi de ce que vous faites parce que non seulement vous permettez aux gens de parler, mais ils peuvent tous parler en ligne. Ensuite, vous voulez trouver un moyen d'améliorer la conversation pour eux, et cela signifie, je pense, leur donner des informations. Cela signifie répondre aux questions. Cela signifie les aider à communiquer de manière plus respectueuse. Cela signifie comprendre leurs objectifs et les aider à atteindre ces objectifs. C'est l'essence même du journalisme. Ce n'est pas seulement mettre des commentaires et des forums et attendre de voir ce qu’il se passe.

Il faut comprendre comment améliorer la conversation publique, c'est ça le journalisme.

Étant une plate-forme ouverte, nous pouvons avoir une gamme d'opinions plus large que les médias de masse habituels. Nous pouvons parler à un public plus large, et c'est quelque chose de nouveau.

Oui exactement. Je pense que l'autre chose importante est qu'Internet est jeune. C'est très jeune. Cela fait seulement 25 ans depuis la création du web commercial en octobre 1994. Je pense qu'aujourd'hui Internet a été construit pour parler et non pas écouter. Si vous regardez ce qui se passe aux États-Unis en ce moment, avec des siècles de lutte contre le racisme qui ressortent en grand soulagement, ce qui se passe, c'est que nous n'avons pas écouté toutes les voix.

(…) Nous avons donc beaucoup parlé de donner la parole aux gens. Eh bien, ces gens avaient toujours une voix. Le problème, c'est que nous n'écoutions pas. Et donc ce qui m'excite dans la prochaine phase du net, c'est de construire un filet d'écoute, c'est de comprendre comment on peut dire aux gens: “Racontez-nous votre histoire. Dites-nous ce que vous voulez nous dire. " Et comment les gens peuvent être curieux, ils vont dire : “Je veux entendre votre histoire. Je veux en savoir plus à propos de toi. Je veux mieux comprendre ta vie. " Cela commence à être un Internet plus productif, et j'espère que nous pourrons y arriver. Mais les outils actuels ne sont pas conçus pour cela.

Récemment, Twitter a commencé à insérer des alertes dans les messages du président Donald Trump avertissant de la présence de contenu potentiellement faux.

Pensez-vous que cela soit efficace ?

(…) Ils peuvent ajouter un avertissement, ils peuvent ajouter des informations, ils peuvent choisir de ne pas promouvoir quelque chose et ils pourraient tuer quelque chose. Ils ont donc ces outils. Devraient-ils le faire avec Donald Trump? Je pense qu'ils devraient. Pas tant parce qu'ils vont soudainement changer d'avis, mais plutôt parce qu'ils doivent défendre quelque chose eux-mêmes. Facebook et Mark Zuckerberg doivent eux-mêmes défendre le principe et dire qu'ils sont contre l'incitation à la violence, en particulier par quelqu'un de si puissant. En ne disant rien, ils finissent complices de ce crime. Il ne s'agit pas vraiment de faire changer l'avis des gens.

Il ne s'agit pas vraiment de les convaincre des choses. Il s'agit simplement de décider où vous vous tenez.

Selon vous, qu'est-ce qui différencie un journaliste professionnel d'un journaliste amateur ? Qu'est-ce qui définit l'importance et le rôle d'une université de journalisme ?

Tout le monde peut exercer un journalisme actif. La jeune femme de 17 ans qui a bravement tourné la vidéo du meurtre de George Floyd par la police, par exemple. Cela a ouvert les yeux sur ce que nous voyons afin que nous sachions tous ce qui se passait. Mettre cela sur Facebook, c'était un acte de journalisme courageux. Peu importe qu'elle se qualifie de journaliste ou non. Elle ne l’est pas, elle est citoyenne. Je pense donc que nous avons des problèmes lorsque nous essayons d'être exclusifs dans le journalisme et de dire, qui est journaliste et qui n’est pas pertinent ?

Donc, les journalistes, dans un sens, devraient aider tout le monde s'ils veulent faire du journalisme, s'ils veulent trouver des informations, s'ils veulent mieux comprendre les choses, c'est notre rôle, de ne pas être un club fermé.

De grands cas, comme les abus sexuels systémiques sur des enfants dans la région de Boston par de nombreux prêtres catholiques romains, publiés par le Boston Globe, ont été révélés grâce à des journalistes qui ont eu l'occasion de se consacrer pendant des mois au même sujet, enquêtant, analysant.

Dans quelle mesure la crise du journalisme professionnel, le rétrécissement des salles de rédaction et l'immédiateté des informations sur Internet mettent-ils en danger ce type de reportage ?

Je vois récemment beaucoup plus de transparence des villes, avec des informations sur les permis de construire et les budgets et des choses comme ça. Ce sont des données que vous pouvez simplement mettre en ligne.

(…) Ensuite, il y a les informations que les gens vont essayer de cacher. Et c'est là que le journalisme d'investigation entre en jeu. Nous en aurons toujours besoin et nous en avons désespérément besoin. Et en effet, je dirais que si nous nous inquiétons maintenant du journalisme dont nous avons le plus besoin, nous voulons le soutenir, et cela peut avoir besoin d'être soutenu par des contributions et des œuvres caritatives, mais c'est aussi une bonne affaire.

(…) La quantité de ressources que nous consacrons maintenant aux enquêtes dans cette industrie est minime.

J'aimerais donc en voir beaucoup plus. Je pense que nous gaspillons beaucoup d'énergie dans cette industrie, en nous répétant, en nous réécrivant les mêmes informations . C'est là que réside le problème. Nous devons déplacer ces ressources.

Quelle est votre vision de la communication dans les dix prochaines années ?

Nous avons un calendrier très long, je crois. J'aime regarder en arrière, regarder Gutenberg et dire que, dès 1450, quand sa Bible est sortie, il a fallu un siècle et demi jusqu’en 1605, avant que quiconque n'invente les journaux. Ce n'est qu'en 1800 que nous avons connu une avancée technologique majeure dans l'imprimerie. Jusqu'en 1900, les émissions sont arrivées, de 1950 jusqu'à la télévision, et je passe en revue cette chronologie avec des étudiants en classe. Et puis arrive 2020. Encore une fois, cela fait 25 ans environ depuis l'introduction du Web commercial. Cela nous place à l'an 1475, à l'époque de Gutenberg. Martin Luther King n'est pas encore né, la Réforme n'a pas encore commencé. Le journal n'a pas encore été inventé. De nouvelles formes se créent, comme des essais et des romans pour le public. Je pense donc que nous devons regarder les choses avec ce genre de patience. Et ça va être dur. Je pense que tout le monde croit que ce changement est rapide mais je pense que c'est en fait très lent.

Ne manquez pas notre page Facebook!