Javier Sotomayor. Tous les amoureux du sport connaissent ou ont entendu parler du sportif cubain. Le plus grand athlète de sa discipline, le saut en hauteur, mais aussi l’un des plus grands champions que l’athlétisme ait connu. Depuis sa maison à Cuba, Javier et moi avons échangé au téléphone en appel vidéo (conditions socio-politiques de Cuba obligent…) pour un moment inédit pour la France mais pas seulement.

Un palmarès exceptionnel et un record du monde mythique

Quand le nom de Javier Sotomayor sort dans une conversation, il est impossible de ne pas évoquer son incroyable record du monde : 2,45 m, soit la hauteur d’un but de football, performance établie le 27 juillet 1993 lors du meeting de Salamanque.

Un des records les plus impressionnants, tous sports confondus. 27 ans plus tard, le record tient toujours. Ce que le gens ignorent davantage, c’est qu’il détient aussi le record du monde en salle avec un saut à 2,43 m réalisé en 1989. Mais Soto el Magnifico, en plus d’avoir atteint les sommets, sans mauvais jeu de mots, possède un palmarès prestigieux puisqu’il a en effet tout gagné dont les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 ainsi que six titres mondiaux : ''J’ai eu la chance d’avoir une belle carrière, de gagner beaucoup de titres et c’est certain que le record du monde et mon titre olympique sont mes deux meilleurs souvenirs en tant que sportif''.

Javier Sotomayor, un quotidien bien rempli

Arborant le t-shirt mentionnant son record du monde, nous avons aussi parlé de la situation actuelle entre coronavirus, activités actuelles et famille. Il entraîne et encadre les jeunes et occupe également le poste de Secrétaire général de la fédération cubaine d’athlétisme.

L’entraînement, un secteur qui lui tient à cœur tant il insiste sur le fait que si les sportifs cubains obtiennent de bons résultats notamment en boxe, en baseball ou en athlétisme, c’est qu’ils ont d’excellent formateurs : ''J’organise mon temps entre les sessions d’entraînement, les heures de bureau et ma famille.

(…) Nous limitons les sorties à cause de la pandémie mais nous nous trouvons en bonne santé et je crois que nous allons bientôt sortir de cette crise''.

Ayant eu une telle carrière et un record toujours en sa possession, j’ai voulu savoir s’il se rendait compte des performances accomplies : ''Parfois, il me vient à l’esprit des images, des reportages ressortent, des vidéos passent et repassent à la télévision ou sur les réseaux sociaux et quelques personnes me rappellent ce que j’ai fait''. Ce que je n’ai pas manqué de faire avant de lui souhaiter un joyeux anniversaire pour celui qui va fêter ses 53 ans le 13 octobre. Un grand moment pour le fan de sport que je suis. Gracias Javier !

L'entretien complet en vidéo ici :

Ne manquez pas notre page Facebook!