"La bonne chose à faire est d'amener le sujet dans la conversation publique", déclare Zack Labe, spécialiste du climat arctique à la Colorado State University, lorsqu'on lui demande comment lutter contre le changement climatique. En tant que chercheur en machine learning (apprentissage automatique) et spécialiste des données climatiques, Labe partage une série de graphiques et de tableaux sur Twitter dans le but d'améliorer l'éducation du grand public sur le réchauffement climatique. Dans une interview exclusive avec Blasting News, Labe explique que "son plus grand défi est de susciter l'intérêt des gens pour l'Arctique", un "élément clé de tout le système terrestre".

Labe estime qu'avec l'aide de l'apprentissage automatique, le changement climatique dans l'Arctique peut être mieux analysé et donc arrêté, il reste donc optimiste: "Nous avons encore le potentiel pour vraiment changer les choses".

Blasting News: Vous êtes un spécialiste du climat arctique à la Colorado State University. Sur votre compte Twitter, vous donnez vie aux données climatiques dans une série de graphiques et de schémas visuels pour aider les utilisateurs des réseaux sociaux à mieux comprendre le changement climatique. Quand et pourquoi avez-vous lancé ce processus d’amélioration de l’instruction générale du grand public sur le réchauffement climatique ?

Zack Labe: Au départ, je n'avais pas l'intention de travailler dans la communication scientifique même si j'adore ça maintenant.

Tout a commencé au début de mes études supérieures où j'ai lu de nombreux articles scientifiques et surtout de plus en plus d'études sur le climat arctique.

Elles montraient ces chiffres que faisaient d'autres scientifiques et j'ai réalisé qu'ils étaient difficiles à visualiser. Si un chercheur ne peut pas comprendre ces visualisations, comment pouvons-nous les communiquer à un public plus large?

L'Arctique est une région qui change si rapidement. Le processus scientifique est long et il faut des années pour publier de nouvelles études et articles. C'est pourquoi il est important de communiquer ces données de manière visuelle et accessible, en temps réel, pour suivre ce qui se passe.

Quel rôle joue l'Arctique dans l'influence du climat mondial ?

Tout d'abord, vous devez penser à l'Arctique, comme un réfrigérateur qui se trouve au sommet de notre planète.

L'océan Arctique est cette surface blanche brillante recouverte de glace de mer. Pendant l'été, vous recevez la lumière du soleil qui, lorsqu'elle frappe cette surface blanche brillante, est réfléchie dans l'espace et crée de la chaleur. Une partie de cette chaleur s'échappe dans l'espace et ne chauffe pas l'atmosphère. Comme nous réchauffons les températures en raison des émissions de gaz à effet de serre, il y a moins de cette surface blanche. Alors ensuite, il vous reste un océan sombre. Les gens pensent que l'eau reflète également la lumière du soleil, mais c'est en fait cette eau sombre qui absorbe la lumière du soleil et emmagasine la chaleur dans l'océan.

Ensuite, une partie de cette chaleur est libérée dans l'atmosphère et provoque donc plus de réchauffement dans l'Arctique. Par conséquent, vous avez ce que les scientifiques de l'Arctique ont appelé «l'amplification de l'Arctique», qui n'est qu'un réchauffement supplémentaire de l'Arctique. Cela affecte vraiment le climat mondial.

Ensuite, bien sûr, il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les scientifiques se penchent sur l'Arctique, comme la façon dont il affecte la circulation océanique ou les régimes météorologiques.

L'Arctique est donc vraiment un élément clé de tout le système terrestre qui est complètement connecté.

Vous avez récemment partagé un graphique montrant que «la glace de mer était plus mince que la moyenne sur presque tout l'océan Arctique en décembre dernier».

Allons-nous atteindre un point de non-retour?

Les modèles climatiques que j'utilise pour mes recherches et ma communication ne partagent certainement pas une vision optimiste de ce que l'avenir nous réserve, mais j'essaie de rester positif. Lorsque vous regardez les projections du modèle climatique pour l'Arctique, nous savons qu'il va se réchauffer plus rapidement que dans d'autres régions du monde. Cependant, si vous regardez la quantité de réchauffement, éventuellement projetée dans le futur, cette plage de réchauffement est en fait plus grande. Vous pourriez donc y voir une incertitude, car elle est plus importante que dans d'autres régions du monde.

Cela dit, si nous réduisons nos émissions de gaz à effet de serre en utilisant des politiques fondées sur des preuves, nous pouvons vraiment éviter les pires scénarios pour l'évolution de l'Arctique.

La glace de mer est de l'eau de mer gelée. Donc, si les températures sont suffisamment froides dans l'océan et dans l'atmosphère, la glace restera. Je pense que nous avons encore le potentiel de vraiment changer les choses dans le changement climatique arctique.

Pensez-vous que ces schémas visuels alarmants aideront à changer la perception et l’état d’esprit des gens face au réchauffement climatique?

J'espère que ça change les mentalités mais je pense que ça marche. Je le vois, non seulement parce que mes graphiques sont partagés sur Twitter, mais j'ai également été contacté par des journalistes qui écrivent sur ces sujets. Je pense que la bonne chose à faire est d'amener le sujet dans la conversation publique.

Je suis climatologue, mais en dehors du travail et de la communication, je ne parle pas souvent du changement climatique. La plupart des gens ne le font pas. On pourrait parler de la météo aujourd'hui mais à quelle fréquence rentrons-nous dans les détails?

Je pense donc que mes graphiques ont leur poids dans la discussion sur le changement climatique dans la conversation publique. J'espère que cela permettra aux gens de voir ces données d'une manière différente, et que cela les intéressera vraiment et qu'ils voudront en savoir plus. J'essaie toujours de partager des liens vers mes sources dans mes tweets, afin que les gens puissent faire plus de recherches s'ils sont intéressés.

Quelles mesures pensez-vous doivent être mises en place par les pouvoirs publics pour que nous puissions commencer à inverser la situation afin d'éviter la perte totale de la couverture de glace dans la mer Arctique?

Je ne suis pas un expert en politique mais ma réponse à cette question revient à ce que je viens de dire, il faut en parler. On ne parle pas assez du changement climatique. Aux États-Unis, nous sommes dans un environnement politisé et les gens évitent des sujets comme le changement climatique parce qu'ils ont peur de ce que les autres pourraient penser.

Nous devons en parler et cela commence par plus de votes. C'est la chose la plus simple que les gens puissent faire pour soutenir des politiques climatiques fondées sur des preuves. Si les politiciens voient leurs électeurs parler du changement climatique, ce sera l'une des choses sur lesquelles ils décideront de travailler.

Comment l'apprentissage automatique et l'analyse des mégadonnées pourraient-ils nous aider à prédire le climat futur et à éviter sa détérioration?

J'ai deux réponses. Premièrement, nous avons une quantité incroyable de données provenant de satellites ou de modèles climatiques. Pour être honnête, nous n'avons pas vraiment assez de personnel et de financement pour examiner toutes les données réellement disponibles. L'apprentissage automatique est un outil que nous pouvons utiliser pour analyser autant de données que nous le souhaitons.

Une autre chose sur laquelle je travaille actuellement est la façon dont nous pouvons utiliser l'apprentissage automatique pour apprendre de nouvelles sciences.

Dans le passé, l'apprentissage automatique était ce genre de mot à la mode et les gens l'adoptait, mais ils ne savaient pas comment cela fonctionnait.

Mais ça a marché. C'est donc ce qui me fascine. Je travaille sur ces nouveaux outils qui nous permettent de réellement comprendre comment le modèle d'apprentissage automatique a appris, comment il prend sa décision. Cela va probablement révéler des sciences nouvelles et passionnantes qui peuvent contribuer à la compréhension du climat futur.

Plusieurs communautés autochtones vivent dans l'Arctique et l'impact du changement climatique sur leurs vies et leurs communautés est énorme. Pouvez-vous nous en dire plus ? Existe-t-il un moyen de donner la parole à ces personnes ?

J'essaie vraiment de m'impliquer de plus en plus dans ce sujet afin de donner une voix aux communautés autochtones de l'Arctique.

Il existe plusieurs réseaux scientifiques présents pour aider ces communautés autochtones en Alaska, dont un que j'ai créé. Ces réseaux renforcent la confiance et les relations avec ces communautés et permettent aux scientifiques non seulement de comprendre mais aussi d'échanger leurs observations. Ainsi, en écoutant l'histoire des communautés autochtones et en observant les changements qu'elles constatent, nous pouvons utiliser ces données vraiment importantes pour aller de l'avant. Donner une voix à ces communautés est important pour trouver des solutions contre le réchauffement climatique.

Comment faire en sorte que l'humanité se sente individuellement concernée par cette crise écologique?

Je pense que mon plus grand défi est de susciter l'intérêt des gens pour l'Arctique. C'est une région éloignée que la majorité des gens ne visiteront ni ne verront jamais.

Mais pourtant, des liens avec cette région qui ne semblent pas évidents au premier abord affectent nos vies. Par exemple, l'un est le réchauffement des températures des océans dans le nord de l'océan Pacifique, en bordure de l'Arctique, une région appelée la mer de Béring. Il y a beaucoup de pêche au homard et au crabe dans cette région. Cependant, les pêcheurs ont de gros problèmes car l'écosystème marin est affecté par le changement climatique. Si l'industrie de la pêche a des problèmes, alors nous allons voir des effets sur notre consommation en tant que consommateurs: le coût pourrait augmenter ou il pourrait y avoir moins de stock disponible.

En réalisant cela, le consommateur à l'autre bout du monde se rendra compte de l'importance d'établir ces types de connexions.

Si les réseaux sociaux peuvent aider, ils font également grandir les communautés de négateurs du climat et aident à partager leurs idées plus rapidement.

Avez-vous déjà été confronté à certains d'entre eux en ligne ? Pensez-vous qu'il existe une solution pour changer leurs avis ?

Quand j'ai commencé sur les réseaux sociaux, j'avais l'habitude d'interagir avec des gens qui se désinformaient sur le changement climatique. Même si je reçois des commentaires désagréables tous les jours, j'ai maintenant choisi de ne plus interagir. J'ai appuyé assez fréquemment sur ce bouton de sourdine sur Twitter.

Je trouve que presque tout le monde à ce stade reconnaît que le changement climatique est en cours et constitue un problème. Le problème est que de nombreux internautes cherchent simplement à attirer l'attention sur les réseaux sociaux. Je pense donc que l'essentiel est de ne pas de donner une voix à ces arguments absurdes sur les réseaux sociaux qui disent la même chose depuis des années. Nous devons donner une voix à la vraie science, mais aussi aux personnes qui racontent des histoires humaines ou écosystémiques.

Je pense que cela va vraiment réduire de plus en plus ces communautés climatiques non informées avec le temps.

Vous diriez donc qu'il n'y a aucun espoir de changer les mentalités des négationnistes du changement climatique?

Je n'utilise que des données pures et je leur montre même comment celles-ci ont été calculées. Donc, si ces négationnistes du changement climatique ne peuvent pas être convaincus par des données réelles, cela va être compliqué. Les gens qui peuvent être convaincus sont sûrement ceux qui sont indécis. Je pense que ce sont les gens qui peuvent changer d'avis et faire une différence, pas les gens qui sont bruyants et qui trollent sur Internet.

Suivez la page BlastingTalks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!