Le coronavirus a franchi ce week-end la barre des 2 600 décès dans le monde pour 80 000 cas détectés depuis l'apparition de l'épidémie en Chine. Et alors que le voisin italien a enregistré lundi un septième décès du fait de la maladie, le ministre des Solidarités et de la Santén Olivier Vérann tente de se montrer rassurant, arguant qu'aucune épidémie n'était actuellement à l'oeuvre en France. Cependant, les autorités invitent tout chacun à respecter rigoureusement l'ensemble des mesures de protection relayées par les chaînes d'information.

De nouveaux hôpitaux préparés au Coronavirus

Concrètement, pour ce qui est de la situation réelle dans l'Hexagone, l'ancien député de l'Isère rappelait lundi soir qu'il n'y avait plus aucun malade du coronavirus hospitalisé en France.

Toutefois, les autorités suivent "avec beaucoup d'attention" l'expansion de la maladie du côté de l'Italie où l'on compte désormais plus de 220 cas avérés (notamment en Lombardie). Le remplaçant d'Agnès Buzyn, partie mener la campagne des Marcheurs pour les municipales à Paris, a ainsi précisé que tout était mis en œuvre "pour que cette situation reste maîtrisée".

Des situations signalées dans un bus à Lyon ou dans un commissariat du 13e arrondissement de Paris ont d'ailleurs fait l'objet d'un suivi minutieux des autorités dans la journée de lundi. Elles ont depuis été écartées après des heures de confinement et des résultats de tests qui se sont révélés négatifs dans les deux cas. Désormais, 70 nouveaux hôpitaux se sont en tout cas ajoutés aux 38 CHU déjà mobilisés pour accueillir d'éventuels malades à venir du coronavirus en cas de propagation de ce qui pourrait bientôt passer au rang de pandémie.

Une vigilance accrue vis-à-vis des voyageurs

Bien sûr, comme à l'occasion de chaque risque d'épidémie, l'Organisation mondiale de la santé a déjà émis les précautions à prendre pour chaque individu. Il est ici question de se protéger soi-même, ainsi que son entourage au travers de gestes simples tels que se laver régulièrement les mains, se couvrir le visage si l'on tousse ou éternue.

Quant aux masques de protection en ruptures de stock et déjà commandés par millions dans la France, ils sont en temps normal uniquement destinés aux personnes supposément infectées.

De son côté, le quai d'Orsay a indiqué, sur son site Internet, qu'il déconseillait vivement aux Français de se rendre en Chine en dehors d'une "raison impérative".

Des avis relayées auprès des différents aéroports français qui accueillent chaque jour des voyageurs du monde entier. SNCF, RATP ou encore douanes françaises ont quant à eux assuré prendre la mesure du risque et se montrer particulièrement vigilants pour déceler le moindre cas suspect. Pour le reste, il est déconseillé de se rendre aux urgences en cas de symptômes, mais appeler le 15.

Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!