La seconde vague concernant le Coronavirus est bien présente en France et pour le gouvernement, il faut agir vite et bien. En effet, pour Emmanuel Macron et son équipe, la première vague de la pandémie de Coronavirus a montré les limites de l'Etat et une deuxième mauvaise gestion de cette dernière pourrait coûter très cher. Pour remporter "cette guerre sanitaire", différentes mesures ont été prises. Du confinement à la limite des déplacements dans un rayon de 100 kilomètres ou encore le port du masque obligatoire, les Français doivent respecter différentes règles. Alors qu'il était l'invité de Léa Salamé et Thomas Sotto ce jeudi 23 septembre dans l'émission "Vous avez la parole" sur France 2 , le Premier ministre Jean Casex a expliqué qu'un reconfinement était possible en octobre.

On fait le point sur la situation.

"Une course contre la montre"

Il est courant de dire que le temps, c'est de l'argent. Avec la pandémie de coronavirus, ce sont de nombreuses vies qui sont en jeu. Durant la première vague de coronavirus, les hôpitaux de France ont été rapidement surchargés et pour le personnel, il fallu faire des choix pour sauver des vies. Aujourd'hui, les chiffres sont élevés et on compte en moyenne plus de 10 000 nouveaux cas de Covid-19. Dans certaines régions, le taux de positivité est de 6,1%, un véritable challenge. La ville de Marseille a été pointée du doigt, le professeur Raoult s'en est défendu.

La situation est délicate et pour le Premier ministre, un reconfinement n'est pas à exclure.

Il a ainsi déclaré : "L’opinion doit être très attentive et prudente. Si nous n’agissons pas, on pourrait se retrouver dans une situation proche de celle du printemps. Ça pourrait vouloir dire reconfinement, et il faut l’éviter.". La situation est difficilement gérable et il va falloir prendre des mesures rapidement.

Les internautes réagissent

Quelque temps après sa prise de parole, des extraits vidéos ont été postés sur le compte Twitter de l'émission "Vous avez la parole". Les internautes ont donc pu réagir massivement à cette déclaration du Premier ministre. On a ainsi pu lire : "Vu la logique du gouvernement dans ce cas Faut fermer les cantines d'entreprise à Marseille ainsi que les transports en commun ..on marche sur la tête", "Pourquoi ne pas mettre à l'abri les actifs vulnérables(-de 64 ans) qui constituent 50 % des entrées en réanimation.

Actifs renvoyés en présentiel fin Aout quand sur le terrain, les médecins les évaluent à risque! Pour éviter de sacrifier des emplois et professions! @OlivierVeran?". L'incompréhension est grande et les Français se demandent bien quand on sera tiré d'affaire. L'hiver arrive et il pourrait faire des dégâts.

Suivez la page Emmanuel Macron
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!