Les fêtes de fin d'année approchent à grands pas et quoiqu'il arrive elles seront cette année bien différentes des années précédentes. La France, comme un très grand nombre de pays du monde, est touchée par une grave crise sanitaire. Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé une série de mesures qui doivent permettre de retrouver un semblant de vie normale tout en limitant la propagation du virus. Un véritable challenge. Ce 24 novembre, le professeur Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-H) est allé plus loin sur France Info en indiquant que les familles devaient se séparer en deux pour les fêtes.

Une déclaration qui fait réagir.

Protéger les plus vulnérables

Les fêtes de fin d'année sont toujours un moment de partage et de rassemblement. C'est aussi le seul moment de l'année ou presque qui permet à toutes et tous de passer du temps en famille. Ainsi il a déclaré : "On coupe la bûche de Noël en deux et papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger". En effet, il ne faut pas déposer le virus au pied du sapin ou encore propager le virus aux plus anciens pendant le repas. Une phrase lourde de sens qui pourrait nous obliger à changer nos habitudes, encore une fois.

Bien évidemment avec ce virus qui se propage et se transmet très rapidement, il faut faire attention. Si certains pensent à s'isoler avant de retrouver sa famille ou encore faire un test Covid-19 avant de se rendre dans la maison familiale, le professeur Salomon déclare: "Il ne faut pas manger avec papy et mamie, même à Noël, même si on a pris des précautions avant".

Il y a quelques semaines, le premier ministre irlandais avait insisté sur le fait qu'il fallait s'attendre à vivre un Noël digital. Si on ne sait pas encore comment cela va se passer dans un mois. La SNCF annonce une baisse des réservations pour la fin d'année de l'ordre de 55%. Le message est-il passé ? Rien n'est moins sûr.

Est-ce réellement possible ?

Un peu comme les mesures de confinement qui ont été annoncées au mois d'octobre, sur le papier cela semble possible. Néanmoins, il paraît difficilement envisageable de se séparer au moment du repas. Généralement, les grands-parents passent une grande partie de l'année seuls. Comment papy et mamie vont-ils réagir pendant ces fêtes ?

Comment peut-on imaginer de passer les fêtes de famille dans deux pièces différentes. Un problème de taille donc. Sur les réseaux sociaux, les réactions ont été nombreuses. On a ainsi pu lire :

  • "Ptdr hoo dis, pauvre grands-parents. On sera tous ensembles mais chaque enfant avec sa famille dans une pièce. Les portes sont vitrées et comme cela ils ne risquent rien mais on sera près d'eux"
  • "Ptdr hoo dis, pauvre grands-parents. On sera tous ensembles mais chaque enfant avec sa famille dans une pièce. Les portes sont vitrées et comme cela ils ne risquent rien mais on sera près d'eux"
  • "Je préfère en rire qu’en pleurer. Toutes les décisions et privations sont folles."
  • "Cette année au menu du repas de réveillon en plat principal... le cluster de Noel"
  • "Il faudra prendre en compte le courant d'air pour ajuster le lancer"

Suivez la page Covid-19
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!