Avec le temps, Facebook et tous les autres réseaux sociaux se sont imposés comme des concurrents des médias plus classiques. A l'ère d'internet, il est difficile pour les Médias classiques de garder une place privilégiée dans le cœur des consommateurs d'informations. Aujourd'hui l'info se partage, se commente, se like sur les réseaux sociaux, elle se diffuse de plus en plus rapidement et de plus en plus facilement. Pour capter l'attention du consommateur, les marques doivent faire preuve de plus en plus d'imagination et de création de contenu qualitatif.

Alors qu'à une époque la notoriété pouvait compenser certaines maladresses publicitaires, la concurrence est maintenant telle qu'une publicité ne peut se concevoir indépendamment d'une stratégie marketing globale et pertinente.

En effet la télévision s'effondre, de moins en moins de temps est passé devant ce média et de plus, les jeunes semblent le déserter au profit d'internet et plus exactement via leurs smartphones.

Du côté du web la tache pour les marques est tout aussi difficile. Avec la profusion des bloqueurs publicitaires, il est de plus en plus ardu de se démarquer de la concurrence, mais pourtant, c'est sur ce média que se trouve le plus important pouvoir d'achat disponible.

Une évolution plus que nécessaire dans la manière de penser la publicité

Une évolution dans la façon de penser la diffusion de l'information et la manière de faire de la publicité est nécessaire pour les petites comme pour les grandes marques. En effet la plus grande partie de l'information ne se consomme plus individuellement mais se diffuse.

Les principaux médias de diffusion sont maintenant incarnés par nos proches, par nos relations et non plus par les grands médias classiques.

Il est devenu essentiel de penser « diffusion » et « interaction »

Pour réussir une campagne publicitaire il est maintenant indispensable de penser diffusion et interactivité. Le temps des publicités fixes dans les magazines ou sur les arrêts de bus est dépassé. Il est l'heure de mêler les médias et de favoriser l'interaction. La publicité doit se réinventer en permanence, et c'est d'ailleurs dans ce sens que travaillent des plateformes comme Netflix ou Deezer. L'engagement financier doit maintenant être récompensé par de la qualité et une récompense émotionnelle. [VIDEO] La marque et le produit se doivent de produire du « feel good » et avoir une certaine moralité. En effet plus une marque aura de « bad buzz », plus ses ventes vont chuter, à une époque où seule la réputation du produit en question est le signe de bonne santé financière.

Les marques sont donc face à un choix qui paraît évident mais qui s'avère terriblement compliqué à mettre en place : adapter son contenu au nouveaux modes de consommation de l'information ou couler.