Au cours des dix dernières années, les réseaux sociaux sont devenus le moyen prédominant de lire et de partager des informations avec une vitesse sans précédent. Bien que cela puisse être considéré comme une opportunité, cela comporte également des risques cruciaux contre lesquels les utilisateurs des réseaux sociaux ont le pouvoir de combattre.

Dans une interview pour BlastingTalks, George Loukas, coordinateur d'Eunomia et professeur à l'Université de Greenwich, nous en dit plus sur le projet : une plateforme open-source, conçue pour faciliter la lutte contre la désinformation en donnant les outils requis aux utilisateurs des réseaux sociaux. Loukas nous explique également comment les journalistes peuvent et doivent aider les utilisateurs dans ce processus.

Eunomia est actuellement financé par l'Union européenne dans le cadre du programme de recherche Horizon 2020.

Eunomia est un projet qui vise à développer un ensemble d'outils décentralisés pour aider les utilisateurs des réseaux sociaux à lutter contre la désinformation. Quelle a été le déclic qui a conduit à la naissance de ce programme ?

Eunomia a été conçu en réponse à un appel à des solutions innovantes pour lutter contre la désinformation par la Commission européenne.

Il existe de nombreuses façons de procéder. Généralement il y a une forme d'intermédiaire. Il s'agit, par exemple, d'une tierce personne ou d'un vérificateur de faits qui pourrait vous dire ce qu'il a identifié comme vrai ou faux. Il peut également y avoir une technologie, par exemple, l'intelligence artificielle utilisée pour signaler quelque chose comme la désinformation, ou - la plus courante de nos jours - une plateforme de réseaux sociaux qui dénonce ces fausses informations.

Parlant d'un point de vue personnel, je n'aime pas qu'on me dise quoi croire. Et je soupçonne que je ne suis pas le seul. C'était ma motivation. Eunomia suit une approche qui permet à l'utilisateur de comprendre ce qu'est la désinformation ou ce qui ne l'est pas de manière autonome.

Quel est le but du projet ?

Notre expérience dans d'autres domaines avec des problèmes à grande échelle qui impliquent les utilisateurs est que s'ils n'y croient pas ou s'ils ne se considèrent pas comme faisant partie du problème et de la solution, ils ne feront rien à propos de ça.

Donc, à moins que les gens ne considèrent cela comme leur problème, ils ne feront rien pour y remédier, quel que soit le nombre de technologies que vous leur fournissez. C'est ce que fait Eunomia. Nous permettons à quelqu'un plus facilement non seulement de voir qu'il fait partie du problème, mais aussi qu'il fait partie de la solution.

Votre livre «Cyber-physical attaques», vous montrez comment le cyberespace peut affecter l'espace physique. Diriez-vous que les réseaux sociaux ont cette influence sur l'activité physique ? Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Vous avez raison de dire que pour les cyberattaques et leur impact physique, c'est devenu plus évident à cause de l'Internet des Objets.

Nous voyons des choses physiques et connectées à Internet. Ce que les gens ne voient pas, c'est que les réseaux sociaux sont presque les mêmes. Si vous croyez, par exemple, en un faux traitement contre la Covid-19, cela aura un impact physique direct sur vous.

Quelle serait la «routine d'hygiène» idéale à la lecture des actualités ?

Il est difficile de trouver un idéal. C'est probablement différent pour chacun de nous. Nous n'avons pas fait suffisamment de recherches pour savoir laquelle est spécifique et pour qui. Au lieu de cela, nous avons identifié des lignes directrices qui ont des preuves scientifiques significatives - par exemple sur le coronavirus. De nombreux exemples de conseils peuvent être obtenus auprès des experts.

Mais certaines sont des opinions personnelles d'experts, sans étude derrière elles. Nous essayons donc de trouver ceux qui ont des études derrière leurs propos. Je dirais que le moyen le plus efficace de lutter contre la désinformation est peut-être de ne pas partager quelque chose sans l'avoir lu au préalable. Cela semble évident, mais ce n'est pas du tout. Lorsque nous partageons quelque chose en ligne, nous ne le faisons pas nécessairement parce que nous l'avons lu, nous le partageons parce qu'il soutient notre opinion. C'est ce qui répand la désinformation: la vitesse. Nous sentons que nous gagnons quelque chose dans notre cercle social en partageant l’information ou en étant le premier à en parler aux autres.

Comme vous l'avez écrit sur le blog d’Eunomia, «la désinformation se partage plus vite que l'information fiable». Pouvez-vous nous dire pourquoi ?

La nouveauté des informations est ce qui rend l’information intéressante à partager. Il est intéressant pour vous de les partager avec quelqu'un car il semble que vous avez raison, vous êtes celui qui l’a connue avant les autres. Cela crée donc ces conditions pour un partage beaucoup plus rapide que le partage d'informations fiables. Les chiffres peuvent être stupéfiants.

Les informations partagées par des experts ne sont pas nécessairement les plus populaires sur les réseaux sociaux, contrairement aux opinions non expertes qui se propagent rapidement en ligne.

Comment les experts peuvent-ils inverser la situation ?

Les experts ne savent pas forcément comment rendre les informations virales ou même comment les rendre facilement compréhensibles. Un expert n'est pas un expert parce qu'il rend les choses faciles à comprendre, il l'est parce qu'il connaît mieux que quiconque un domaine scientifique précis et étroit. Ce qu'ils peuvent faire, c'est accepter chaque fois qu'un journaliste leur demande d'être interviewé. Le journaliste est celui qui sait comment traduire cela en quelque chose de plus facile à comprendre et de plus intéressant.

Comment les journalistes peuvent-ils lutter face à cette infodémie ?

Il y a une chose qu'ils ne devraient pas faire: utiliser la peur comme tactique pour vendre plus.

Il est assez évident depuis des années que la peur ne fonctionne pas. Cela pourrait fonctionner à court terme, pas à long terme. Cela se retourne contre les journalistes. Maintenant, la grande majorité des gens qui sont très sceptiques sur les vaccinations, c'est parce qu'ils n'aiment pas qu'on leur dise de quoi avoir peur. Cela est largement dû à la peur. Et la peur, bien sûr, n'est pas générée par les journalistes, mais amplifiée par eux. Je pense que présenter les dernières informations de manière plus équilibrée serait probablement la meilleure stratégie à long terme. La Covid-19, par exemple, est un problème à long terme. Il peut être préférable de faire confiance aux gens en leur donnant plus d'informations que de leur faire peur.

Eunomia propose un nouveau mécanisme pour découvrir des cascades d'informations dites «post-basées», en montrant le premier article original pour mettre en évidence la façon dont l'information a évolué au fil du temps. Quels sont les principaux points de transformation / manipulation de l'information ?

Premièrement, les mêmes informations peuvent être représentées non seulement de manière très différente, mais aussi par des personnes différentes avec des objectifs différents. Je dirais que l'exemple le plus frappant est lorsqu'une photo légitimement utilisée dans un article est utilisée des années plus tard, dans un article complètement différent, pour plaider en faveur d'un point de vue complètement divergent.

Par exemple, contre l'immigration, ou contre ce type de sujets.

Une virgule peut complètement changer la signification d'un article. Il est toujours vrai que cette personne a dit cela à l'époque, mais ce n'était pas ce contexte. Notre outil, qui recherche des articles similaires du passé, à travers l'écosystème de Eunomia comme nous l'appelons, aide à identifier les similitudes. Il ne dit pas "ce n'est pas fiable", ou quoi que ce soit du genre. Il dit simplement: "Il y a trois ans, la même photo a été utilisée." Ce sont les utilisateurs des réseaux sociaux, qui sont des personnes intelligentes, qui peuvent décider par eux-mêmes. Si vous leur parlez de l’évolution de l’information, vous laissez les utilisateurs décider quoi faire et s'ils doivent vraiment le partager.

L'Organisation mondiale de la santé a décrit la pandémie de coronavirus comme une “infodémie”. Dans quelle mesure l'infodémie influence-t-elle l'évolution du virus ?

Il est vraiment difficile de chiffrer son impact réel pour la simple raison qu'il est difficile de chiffrer la pandémie elle-même. Aussi pour cette raison, nous avons du mal à établir le taux d'infection de manière précise. Il est donc encore plus difficile d'évaluer les facteurs contribuant aux changements. En août, une publication a montré qu'environ 800 personnes dans le monde sont mortes presque directement des suites d'une désinformation, par exemple suite à de faux conseils médicaux. Ce n’est que la partie émergée de l'iceberg.

Il est clair que c'est très différent maintenant, car en août, nous avions probablement des données encore plus anciennes. Nous parlons d'un très grand nombre de personnes qui ont été touchées par l'infodémie.

Pensez-vous qu'il pourrait y avoir un avant et un après Covid-19 dans le monde numérique et les réseaux sociaux ? Est-ce un tournant pour le monde numérique ?

Cela ne fait aucun doute que la Covid-19 a accéléré des choses qui se produisaient déjà. Il était évident que les réseaux sociaux jouaient un rôle plus important que la plupart des gens ne le pensaient peut-être, car cela ressemblait à une forme de divertissement. Maintenant, pour beaucoup de gens, c'est la seule véritable interaction, surtout si vous êtes isolé.

Cela signifie que si les informations transitent par les réseaux sociaux, elles auront un certain nombre d'impacts différents sur l'avenir. Par exemple, lorsque les gens réalisent à quel point les réseaux sociaux sont importants pour la désinformation, je soupçonne qu'il y aura une réglementation lourde mise en place par la suite.

Au cours des prochaines semaines ou des prochains mois, différentes plateformes de réseaux sociaux essaieront différentes choses. C'est une bonne chose, car certaines de ces mesures fonctionneront réellement. Mais nous doutons de la portée des plateformes elles-mêmes. Ensuite, comme je l'ai dit, je m'attends à ce qu'une réglementation très lourde intervienne dans les prochaines années.

Chez Eunomia, nous préférerions responsabiliser les gens.

La pandémie a-t-elle affecté ou remodelé la mission d'Eunomia ?

Je ne pense pas que cela ait affecté négativement Eunomia en termes de productivité. Au contraire, nous avons eu beaucoup plus d'attention parce que lorsqu'il y a une menace très claire pour tout le monde, il y a un point focal très clair. Il est plus facile pour les gens de travailler ensemble vers un objectif commun. Il était également plus facile, techniquement parlant, de changer l'interface utilisateur, de la transformer en quelque chose d'utile pour les gens à utiliser contre la désinformation. Cela a également accéléré le processus d'adoption. Il y a quelques mois, nous n'avions pas l'intention de l'ouvrir publiquement, mais c'est maintenant le cas. Nous prévoyons de sortir le deuxième prototype dans les semaines à venir. Par conséquent, la pandémie a également accéléré les développements au sein du projet.

Quelle est votre vision du monde des réseaux sociaux pour les dix prochaines années ?

Nous étendrons les réseaux sociaux dans les domaines où nous ne les utilisons pas actuellement. Par exemple, des appareils, des machines ou des systèmes commenceront à faire partie de l'écosystème des réseaux sociaux. Je m'attends à ce que les voitures, par exemple, deviennent des utilisateurs sur les plateformes. Nous utiliserons ce paradigme pour une communication qui n'a rien à voir avec les réseaux sociaux, simplement parce que cela deviendra une chose absolument naturelle à faire.

Suivez la page BlastingTalks
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!