La rentrée approche pour les étudiants qui ont décroché le bac en juin dernier. Le challenge a été de trouver une place pour chacun des 641 700 candidats admis. La plateforme APB a été sollicitée par les étudiants qui devaient formuler leurs voeux de formations dans le supérieur depuis le mois de janvier. Cependant, de 3000 à 5000 d'entre eux n'ont toujours pas trouvé d'affectation. Ces chiffres ont été communiqués par Frédérique Vidal, la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche qui était l'invitée de France Info hier matin.

Le système d'admission post-bac a dû gérer l'arrivée de 40 000 nouveaux étudiants cette année.

Les blocages ont perturbé le site tout l'été et, à la mi-juillet, 87 000 étudiants étaient encore concernés par cette situation. La ministre s'est néanmoins montrée rassurante dans la mesure ou 45 000 personnes étudiants sont parvenus à se réinscrire et trouver des places à l'université. Toujours selon la ministre, il y aurait encore 150 000 places disponibles dans les établissements d'enseignement supérieur.

APB: un système perfectible à reformer

En juillet dernier, Frédérique Vidal n'avait pas hésité a critiquer la plateforme Admission Post-Bac en déclarant qu'il s'agissait d'un gâchis. Elle s'est engagée a supprimer le tirage au sort comme moyen de sélection des étudiants à l'université pour 2018. Des concertations ont été menées et se poursuivront à la fin du mois d'août. Les principaux acteurs de l'enseignement supérieur, comme les présidents d'#universités, les syndicats étudiants et de professeurs étaient réunis pour discuter de l'avenir des modes de sélection.

Top vidéos du jour

L'une des pistes concerne les orientations qui doivent être mieux gérées afin d'éviter autant que possible les échecs en première année. De plus, certaines filières sont beaucoup plus demandées que d'autres, comme la filière STAPS ou psychologie. Le tirage au sort est d'autant plus indispensable que les capacités d'accueil sont largement dépassées, ce qui peut conduire à des situations ou certains étudiants se retrouvent sans universités.

Que les étudiants se rassurent, car toutes les universités ne sont pas bouchées partout. Si les facultés des grandes agglomérations sont complètes, il ne faut pas hésiter a voir ce qui se passe dans les plus petites villes. D'après les spécialistes en orientation, des villes comme Toulon, Moulins ou Caen ont encore des places à proposer. #Ecole #Education