Le trafic des Animaux occupe aujourd'hui la troisième place mondiale, derrière le trafic des armes et celui de la drogue, selon 30 millions d'amis. La forte demande des animaux de compagnie de tout genre est la cause de cette menace qui pèse sur la faune des terres et des océans. Par conséquence, la biodiversité qui est la principale réserve de ressources planétaires, est privée de ses premiers fournisseurs. A la longue, l'avenir de l'humanité pourrait être compromis.

Une demande élevée qui encourage le trafic

On constate de plus en plus dans les habitudes humaines la présence des animaux de compagnie. Cette compagnie intègre des espèces en tout genre. Les animaux tels que les chiens et les chats sont les préférés des Français. La France abrite plus de 20 millions de chats et de chiens, ce qui est l'équivalent d'un marché produisant des millions d'euros annuellement. Pour satisfaire la gourmandise de ce marché, des intervenants sulfureux s'impliquent chaque jour dans ce secteur lucratif, au détriment de la dignité.

Par exemple, la demande française en chiens et chats est satisfaite le plus souvent par des fournisseurs de l'Europe de l'Est. Certains font de l'élevage une véritable chaîne industrielle de production, sans tenir compte des règles de santé. Ainsi, ce sont parfois des animaux porteurs de maladies qui se retrouvent dans des maisons. Ces animaux sont souvent arrachés dès la naissance à leurs mères, qui sont considérés par les éleveurs comme des machines de production.

Cette privation de vie sociale peut créer chez certains animaux des troubles de comportement pouvant constituer un réel danger pour leurs nouveaux maîtres.

Les animaux de brousse sont les plus menacés

Aujourd'hui, ce ne sont plus les forêts, les savanes et les mers qui approvisionnent le marché des animaux domestiques. Cela signifie que la domestication des animaux a presque changé de cible. Des millions d'animaux subissent les effets du braconnage : singes, léopards, requins, éléphants et autres effectuent le voyage vers l'inconnu dans des cages.

Ces nouveaux animaux de compagnie sont arrachés à leur milieu naturel pour la satisfaction de clients aux goûts démesurés. Leur épanouissement ne compte pas.

Des associations de la défense et de la protection animalière luttent pour stopper ce fléau qui n'inflige aux animaux que de mauvais souvenirs. Au mois de juillet, 600 suspects ont été arrêtés par Interpol dans le cadre d'une opération coup de poing contre le trafic animalier. A cela, s'ajoute le risque de danger que courent les populations qui vivent, parfois même sans le savoir, autour de ces animaux. Evidemment, un animal de brousse ne perd pas sa nature et peut devenir une menace réelle à n'importe quel moment.

Cette année, en France, une panthère noire s'est échappée d'une résidence à l'absence de son maître. Cela a plongé le voisinage dans la panique. Cet animal aurait pu être abattu si cela était nécessaire, ce qui aurait été malgré tout une perte pour une faune qui est déjà en extinction.

La biodiversité perd les acteurs de son équilibre

Les résidents naturels des forêts et des mers sont les premiers contributeurs de l'équilibre et de la richesse de leur milieu naturel. Un cas palpant est celui des éléphants et des rhinocéros. Ces derniers ont une digestion partielle, car ils ne ruminent pas. A cause de cela, leurs crottes cachent souvent des semences d'arbres, ce qui permet à la terre de produire de nouvelles générations d'arbres.

Chaque fois que l'un de ces animaux est braconné, c'est le dispositif naturel sur terre ou sur mer qui est endommagé. Les zoos suffisent pour profiter de ces animaux, le reste n'est que destruction.

Ne manquez pas notre page Facebook!