Marie Curie, Rosa Parks, Simone Veil ou même Michelle Obama, notre société a connu des femmes qui ont su changer les choses et montrer que la gent féminine a du pouvoir. Dans une ère où Twitter, Instagram, YouTube et Tik Tok moulent la société et ses nouvelles générations, les nouvelles figures d'aujourd'hui doivent réussir à se faire connaître sur ces plateformes afin d'être entendues. Ainsi, nous pouvons penser à Greta Thunberg qui du haut de ses 17 ans a réussi à ouvrir les yeux de plusieurs citoyens et politiciens sur le réchauffement climatique grâce à ses 4 millions de followers sur Twitter.

Ceci-dit, il semblerait que les nouvelles générations se dirigent vers d'autres formes de pouvoir, notamment la musique. En effet, ces étudiants de Nanterre ont partagé un projet où ils tentent de renommer les salles de leur université avec des noms de "femmes influentes" et les nominées ont surpris plusieurs internautes.

Aya Nakamura et Beyonce comme "femmes influentes"

Les étudiants de l'Université de Nanterre et plus spécialement les membre de l'Union Nationale des Etudiants de France à Nanterre ont partagé leur projet suite à la journée internationale de lutte pour le droit des femmes sur Twitter. Ce dernier consiste à rendre hommages aux femmes puissantes de notre société. Ainsi, les étudiants ont décidé de renommer les salles de leur université en y collant les noms des figures féminines "influentes".

Ce projet peut donc être vu comme une étude sociale car les femmes sélectionnées semblent refléter une certaine génération.

En effet, de la chanteuse Aya Nakamura à la journaliste militante antiraciste et féministe française, Rokhaya Diallo, les noms affichés sur les portes du bâtiment de l'Université de Nanterre semblent raisonner seulement pour la nouvelle génération.

L'interprète de "Djadja" n'a en effet pas convaincu toute le monde sur son rôle de "femme influente", et la Toile s'en est donnée à coeur joie pour dénoncer cette nomination.

Aya Nakamura n'est pas une figure féminine marquante pour Twitter

Ce jeudi 5 mars, le numéro 1 en TT en France était "Aya Nakamura".

Seulement, si la chanteuse peut souvent faire parler d'elle, cette fois-ci, il semblerait que ça ne soit pas pour les bonnes raisons. En effet, la twittosphère s'est déchainée sur le fait que les étudiants de Nanterre la voient comme une des "femmes influentes" de la société. A travers des posts très divers, humoristiques ou révoltés, les internautes ont partagé leur surprise suite au choix des figures féminines sélectionnées.

Ainsi, pour la plupart, Beyonce, Aya Nakamura, Rokhaya Diallo ou Assa Traoré ne devraient pas être décrites ainsi. Nous vous laissons jeter un coup d'oeil sur les opinions de la twittosphère.

Ne manquez pas notre page Facebook!