4

L'affaire Neymar-Cavani [VIDEO], qui agite la presse de l'Hexagone et du monde du football depuis la rencontre face à Lyon, n'est plus qu'un mauvais souvenir, fait-on savoir du côté de Paris. Le club francilien assure se concentrer désormais sur les échéances à venir et notamment la réception mercredi du Bayern Munich comptant pour la deuxième journée de phase de poules en Ligue des Champions. Et il faut dire que le PSG avait grand intérêt à agir vite pour ne pas laisser cette séquence empoisonner le reste de sa saison.

D'après les révélations du quotidien l'Equipe, la star brésilienne se serait excusée auprès de son coéquipier uruguayen et de l'ensemble de l'équipe parisienne.

Les faits remonteraient à mercredi au centre d'entraînement du club francilien, le jour où Neymar et cavani avaient été convoqués par Antero Henrique et Unai Eméry pour une mise au point sur un compromis [VIDEO] qui n'aura formellement pas lieu en fin de compte. Assisté de son capitaine et compatriote brésilien Thiago Silva dans le rôle de traducteur, l'attaquant parisien a exprimé devant le groupe de sincères regrets par rapport à son comportement dans le vestiaire au sortir de la rencontre.

Réconciliés, mais pas amnésiques

La séquence de réconciliation entre les deux hommes s'est poursuivie le mercredi soir autour un bon dîner au Victoria Paris sous la houlette de l'arrière brésilien Dani Alvès qui avait tenté de calmer dès lundi l'embrassement du conflit. Toutefois, l'entourage d'El Matador a assuré se tenir vigilant vis-à-vis du traitement réservé à son champion.

En effet, le buteur parisien n'a que trop en mémoire l'image d'une star suédoise omnipotente à Paris. Et avec le fâcheux épisode qui vient de se produire, il y a quoi se montrer inquiet devant le silence ahurissant des dirigeants parisiens.

Eméry tâtonne encore

De l'avis de nombreux observateurs comme Jean-Michel Moutier, ancien directeur sportif du PSG, l'autorité d'Unai Eméry sur son effectif a pris un sacré coup avec cet incident. En effet, le technicien espagnol s'est montré particulièrement discret là où beaucoup pensent qu'il aurait dû faire preuve de fermeté. Et pour ce qui est de connaître le futur tireur de penaltys attitré du club, l'entraîneur parisien préfère se montrer flou, renvoyant ainsi le verdict de sa décision au prochain penalty. Si cela part d'une situation anodine, son incapacité à trancher pourrait bien s'avérer préjudiciable pour un Paris Saint-Germain qui vient de subir son premier accrochage en Championnat.