C'est fait l'équipe de France de tennis a son billet pour la finale de coupe davis qui se déroulera fin novembre. Jo-Wilfried Tsonga [VIDEO]s'est chargé de la qualification de son équipe en battant en 4 sets Dusan Lajovic (2-6, 6-2, 7-6, 6-2). Cette qualification s'est faite dans une atmosphère assez étrange. Entre les rumeurs de mauvaise entente dans le groupe et celle évoquant des frictions avec l'équipe de France et sa fédération, le climat autour de la rencontre face à la Serbie avait quelque chose de spécial. La rumeur qui voudrait qu'il y aurait une mauvaise ambiance dans le vestiaire et que le groupe ne serait pas soudé a très vite été désamorcée par Yannick Noah.

En conférence de presse après la victoire de tsonga, et donc de l'équipe de France, le capitaine des tricolores a démontré que tout allait bien dans le groupe.

Pendant qu'il parlait aux journalistes son téléphone a sonné, il a décroché et montré aux journalistes la personne qui était au bout du fil. Grâce à Facetime, ils ont pu découvrir qu'il s'agissait de Gaël Monfils. Avant de raccrocher Yannick Noah à lancer au tennisman absent : "Ca va mon biquet ? On t'appelle tout à l'heure". Et avant même que les journalistes ne lui pose la moindre question, le vainqueur de Roland-Garros en 1983, tout en humour, s'est excusé en expliquant qu'il n'y avait pas une très bonne ambiance dans le groupe et que les joueurs n'étaient pas soudés entre eux. Si Yannick Noah a réussi à faire passer le message que les rumeurs concernant son groupe étaient fausses, il aura bien du mal à le faire pour celles qui disent que tout ne se passe pas bien entre la Fédération et l'équipe de France.

Une ambiance mitigée car certains joueurs de l'équipe sont en froid avec la Fédération

L'Equipe relate un événement qui en dit long sur les relations entre le président de la Fédération de tennis, Bernard Giudicelli et certains joueurs français. Cela se passe le jeudi soir, lors du repas organisé avant le début de la demi-finale. Lucas Pouille est en pleine discussion lorsque le président vient le voir et insiste pour qu'il lui dise bonjour. Au bout de la troisième fois, le joueur se tourne vers son président et lui adresse un "bonjour et au revoir". Devant la presse, Lucas Pouille, qui est en froid avec son président depuis les critiques de celui-ci à son égard après son élimination au troisième tour de Roland-Garros, n'a pas nié l'incident. Cela prouve qu'il existe bel et bien des tensions entre le joueur, voire les joueurs tricolores et Bernard Giudicelli.

Si la France remporte la Coupe Davis en novembre, la fête risque quand même d'être gâchée par ces mauvaises relations.