L'ufc 217 restera dans les annales du MMA. Georges St-Pierre (GSP), face à Michael Bisping, remporta une victoire tonitruante lui permettant de remporter la ceinture des poids moyens.

De grands doutes face à son retour

Cela faisait quatre ans que GSP avait quitté l'UFC (décembre 2013), décidant de se retirer après avoir établi l’une des carrières les plus impressionnantes de l'UFC avec un total de 25 victoires et seulement 2 défaites. Il est également un des combattants les plus polyvalents. Aussi à l'aise au sol que debout, il a battu les plus grands. Néanmoins, même si son dernier combat en 2013 contre Johny Hendricks s'est soldé par une victoire, GSP n'avait plus autant de vigueur qu'à ses débuts.

Après avoir défendu sa ceinture des mi-moyens 8 fois de suite, il déclara vouloir raccrocher les gants pour une période indéterminée.

Durant quatre années, il se fit plus discret et son retour à l'UFC devenait de plus en plus incertain. Ce n'est qu'en mars 2017 qu'il surprit tout le monde en annonçant son come-back. D'autant plus qu'il déclara vouloir disputer la ceinture des poids moyens en se battant contre Michael Bisping, champion de cette catégorie. Ce pari fit grand bruit dans le monde du MMA. Comment, après quatre années hors de l'octogone, pouvait-il penser qu’il gagnerait contre un challenger appartenant à une catégorie de poids supérieure à la sienne et, qui plus est, contre le champion de cette catégorie ?

Bon nombre de personnes le voyaient déjà perdant, ne cessant de se moquer de sa prise de poids rapide avec une bedaine naissante.

Selon eux, GSP n'aurait jamais les capacités physiques lui permettant de vaincre Michael Bisping, bien connu pour sa grande endurance, ses punchs dévastateurs et sa résistance aux coups. Une semaine avant le combat, le président de l'UFC, Dana White, décida d'arrêter les conférences avec GSP pour des raisons encore obscures. Des rumeurs circulaient comme quoi GSP n'était pas prêt psychologiquement. Lors des conférences de presse avec Bisping, il ne parlait presque pas contrairement à Bisping qui ne cessait de le provoquer pour assurer le show. Joe Rogan, commentateur américain de l'UFC, dira que Dana White en avait marre qu'on mette sans cesse sur la table des histoires d'abduction qui sont attribuées à GSP. Ce même commentateur ne cessait de dire que GSP ne gagnerait jamais contre Bisping, qu'il devrait se retirer au lieu de risquer d'entacher une si belle carrière.

Le retour du roi

Défiant de nombreux pronostics, GSP remporta une victoire éclatante contre Bisping qu'il acheva par un étranglement au troisième round.

Contrairement aux rumeurs qui circulaient, GSP était d'une forme olympique et n'avait aucun mal à suivre le rythme de Bisping, bien au contraire. Bisping se trouva plusieurs fois en position de faiblesse face aux jabs du Québécois et ses take-down qui ne manquèrent pas de le mettre en difficulté, lui assénant au passage quelques coups de coude au visage. GSP maîtrisa parfaitement ses distances, frappant puis se retirant aussi vite pour éviter des contres.

Par deux fois GSP se trouva en difficulté. Notamment au deuxième round où Bisping lui mit deux crochets du droit dévastateurs. Le visage ensanglanté, GSP commençait à montrer quelques signes de faiblesse. Bisping sembla renverser la vapeur malgré les attaques en continu de GSP et le blessa au nez grâce à plusieurs coups de coude lorsqu'ils étaient au sol. Ils se remirent debout et GSP continua d'attaquer avec le visage ensanglanté, bien plus amoché que celui de son adversaire. Contre toute attente, il réussit à éviter d'un mouvement de tête une droite de Bisping et effectua un contre avec un puissant crochet du gauche au visage, déclenchant un knock-down. Profitant de l'occasion, GSP se jeta sur Bisping au sol et ne cessa de le frapper au visage avec ses poings et ses coudes. Bisping, déstabilisé, lui offrit son dos en voulant se protéger et GSP effectua un étranglement jusqu'au KO.

Notons le fair-play incroyable de Bisping qui ne tarissait pas d'éloges sur GSP à la fin du combat. De son côté, GSP, avec l'humilité qui le caractérise, félicita Bisping qu'il désigna comme le combattant le plus dur qu'il ait eu à affronter. Aujourd'hui, nous ne savons toujours pas quel combattant GSP affrontera, même si Dana White a laissé entendre qu'il voulait l'opposer à Robert Whittaker et mettre en jeu sa ceinture fraîchement conquise. Nous verrons dans les semaines qui suivent si GSP décidera de rester dans les poids moyens ou s'il retournera combattre dans son ancienne catégorie. Dans une actualité surchargée par les frasques [VIDEO]d'un McGregor de plus en plus showman et constamment dans la surenchère médiatique, il était temps qu'un combattant avec une grande humilité soit mis en lumière.

En tout cas, ce qui est sûr, c'est que Georges St-Pierre est entré dans la légende avec ce retour fracassant. Et je suis certain que ses exploits au sein de l'UFC sont loin d'être terminés.