L'Olympique lyonnais réalise une première partie de saison plutôt remarquable. Avant d'affronter ce soir l'équipe de Montpellier en coupe de la Ligue pour une place en quart, les hommes de Bruno Genesio peuvent s'appuyer sur un certain lot de certitudes. En effet, ils jouissent d'une défense plutôt solide [VIDEO] et surtout d'une hargne retrouvée. Celle-ci s'explique essentiellement par l'intégration à l'équipe première de jeunes joueurs talentueux issus du centre de formation à l'image d'Houssem Aouar devenu incontournable en Ligue 1. C'est un travail de longue haleine que celui de la formation d'espoirs. Le staff lyonnais y oeuvre dans l'ombre depuis des années et commence à en récolter les fruits avec des générations de jeunes plus talentueux les uns que les autres qui se succèdent.

Pourtant, tout comme l'autre olympique, celui de Marseille, Lyon vise au mieux la seconde place et ne peut totalement rivaliser avec le Paris Saint-Germain.

Lyon privilégie le temps aux millions

Conscients de ne pouvoir suivre le modèle économique empirique du PSG, l'OL a donc opté pour une toute autre stratégie. Si l'éclosion des jeunes et l'importance de leur offrir du temps de jeu avec les pros a toujours été une marque de fabrique des rhodaniens, Jean-Michel Aulas [VIDEO] a décidé de mettre les bouchées doubles dans ce domaine. Les inégalités se sont creusées avec l'arrivée de deux géants financiers en Ligue 1 (Paris et Monaco) mais Lyon semble avoir conscience de la fragilité de ce type de structuration. Si il n'y a pas d'argent à gâcher, il ne peut donc y avoir de dépenses inutiles.

C'est donc avec une vision à long terme que le club septuple champion de France essaie de lutter à sa manière contre les ogres milliardaires.

OL: Un ancien de l'OM dénonce

C'est un allié inattendu que s'est fait l'OL. Homme atypique, Christophe Bouchet aura été président de l'Olympique de Marseille avant l'ère Pape Diouf au début des années 2000. C'est notamment à lui que les supporters de la Canebière doivent la venue de Didier Drogba. Engagé en politique sous la bannière UDI, Bouchet est aujourd'hui maire de la ville de Tours. Il succède à Serge Babary devenu sénateur il y a quelques mois. C'est donc une voix qui compte qui dénonce l'aspect déloyal du championnat : "Il faut dire qu’aujourd’hui, des clubs traditionnels comme Lyon ou l’OM jouent avec des boulets au pied. Ils ont le droit de courir 80 m là où Paris et Monaco peuvent aller jusqu’à 100. Forcément, on connaît le gagnant. Aujourd’hui, tous entament les compétitions avec la certitude de ne pas les remporter. C’est inquiétant".Un message que saura certainement apprécier Jean-Michel Aulas.