Depuis toujours en Europe le mouvement Ultra fait partie du Football, mais est très vilipendé par les dirigeants de ligues et certains groupes de presse. L'origine du mouvement est contesté et ce dernier reste plutôt méconnu du grand public. Ceux qu'on appelle ultras sont des supporters plutôt particuliers, ils se réunissent en groupe définis et ont pour but de soutenir leur équipe de manière assidue, voire même fanatique. Les ultras sont à ne surtout pas confondre avec les hooligans qui, eux, prônent la violence. Les ultras se retrouvent dans toute l'Europe dans l'univers du football mais également dans le basket ou le handball (dans certains pays comme les pays de l'est ou bien au Portugal).

Bien qu'ils n'aient que pour seul objectif de supporter leurs équipes avec un dévouement impressionnant tout en restant non violent, ils se heurtent à une forte répression venant des grandes instances. Ce qui fait monter la colère au sein des groupes.

La tension monte en tribune

Depuis toujours, les groupes d'ultras sont critiqués mais font partie de la culture du football et, sans eux, c'est une forme de passion qui disparaît en tribune. Depuis quelques années, la répression à l'encontre de ces supporters s'est accrue fortement. Si la fameuse interdiction de stade des ultras parisiens après le décès d'un supporter semblait être un fait extraordinaire, aujourdhui cette privation de libertés n'a rien d'extraordinaire car les préfets interdisent de plus en plus les déplacements de supporters.

Top vidéos du jour

Nombreux sont les groupes se plaignant de la répression policière et préfectorale. Fortement contesté aussi, les tifos. Les tifos sont des chorégraphies orchestrés par les virages ultras lors de matchs utilisant des bâches et autres outils pyrotechniques. Ce sont ces derniers que les autorités tentent de faire disparaitre des enceintes sportives. Le motif est la dangerosité de ces engins inflammables mais les ultras se défendent et bravent les interdictions. Quitte à basculer dans l'illégalité. C'est une question ou les deux parties sont irréconciliables et les ultras avertissent qu'il ne cesseront jamais d'utiliser ces fumigènes ou autres pétards. Ils revendiquent leur slogan "No Pyro, No Party" (traduisez "pas de fêtes sans fumigènes") En effet, cela fait partie du folklore qui entoure le mouvement Ultra. Les supporters parisiens et Bordelais sont les derniers en date à avoir été sanctionnés pour une utilisation de fumigènes. Rien qui ne puisse décourager ces passionnés de faire la fête et partager leur passion.

Les ultras, une entité qui fâche

Au plus haut niveau des institutions de football et de presse sportives, on observe une démarche qui vise à donner aux ultras une image de criminels néfaste pour le football actuel. D'ailleurs la majorité des groupes ultras se disent ouvertement contre ce qu'ils appellent le football moderne, un football dirigé par l'argent [VIDEO]et qui occulte les vrais valeurs de ce sport. Alors pourquoi ces dirigeants veulent-ils éradiquer la mouvance ultra ? Ces groupes sont-ils réellement dangereux pour les supporters conventionnels ? Sont-ils néfaste pour le football ? Dans les faits rien ne le prouve, au contraire, dans ses groupes reigne une bienveillance envers ceux qui sont extérieurs au groupe et ainsi que pour les membres du groupe. Il est vrai que plusieurs cas de violence apparaissent, une violence dans les paroles et dans les actes. Le plus souvent ces faits, cependant ils restent rares et peu fréquent. En revanche, ce qui est certain, c'est que ces groupes s'opposent rudement, via des banderoles ou des chants, aux dirigeants, aux politiques, a cette image du football moderne en général. Les ultras refusent la monétisation du football et de ce qui l'entoure. Les prix des places dans les stades, les abonnements, les déplacements etc font l'objet de critiques venant de la direction de ces groupes que l'on tente par tout les moyens d'écarter. Les ultras peuvent nuire à ceux qui profitent de l'argent dans le football dans un sens et cela dérange à peu près tout le monde, aussi bien la presse que les instances des diverses ligues. Voila le réel problème de ces supporters, ce sont des conservateurs du football unis derrière une même passion qui est le football. Aujourd'hui, l'UEFA tente de régler ce problème mais les ultras se plaignent d'un manque de discussion et d'écoute de la part des instances qui ne font aucuns efforts pour comprendre ces supporters.