2

La dernière course en biathlon à Pyeongchang a fait pschitt pour le relais masculin tricolore qui a terminé à la 5ème place à plus de 3 minutes et 26 secondes de la tête. L’équipe suédoise, déjà parmi les favorite,s a terminé première grâce notamment au dernier relais de Fredrik Lindström devant les Norvégiens relégués à environ 40 secondes. Les Allemands ont complété le podium.

Il faut d’ores et déjà dire que les conditions étaient particulièrement difficiles au niveau météorologique avec un vent de tempête qui soufflait en rafales et forcissait de plus en plus à mesure que la course avançait dans la durée. Les biathlètes étaient d’ailleurs prévenus qu’une tempête allait fortement perturber le centre de biathlon d’Alpensia.

De ce fait les pioches ont été beaucoup puisées y compris par quelques grands favoris dont Johannes T. Boe pour la Norvège, Simon Schempp pour l’Allemagne et Martin Fourcade [VIDEO] pour la France.

Le relais tricolore à la peine en ce dernier jour de course en biathlon

En effet, le relais n’a pas été lancé sur les meilleurs bases à cause de deux tours de pénalité concédés par Simon Desthieux, qui expliquait lui-même en interview qu’il ne comprenait pas ce qu’il s’était passé pour mettre autant de balles en dehors de la cible sur le pas de tir. Pointé à plus d’1 minute 40 secondes de la course au moment du passage de relais, les Français, relégué trop loin derrière les hommes de tête dont les Norvégiens, les Suédois et les Allemands, n’ont pas pu revenir depuis l’arrière et ont même concédé encore plus de temps au fur et à mesure que la course avançait.

Ainsi, Emilien Jacquelin, jeune espoir remplaçant, a tout tenté, notamment avec son excellent 9/10 côté tir, mais il a dû concéder beaucoup de temps lors de son passage.

Martin Fourcade a donc dû mettre les bouchées doubles et tout tenter pour remonter dans la course mais il a commis trop d’erreurs sur le pas de tir pour espérer quelque chose, à tel point que le relais français pointait à plus de 2 min 50 secondes de la tête de course (duel au sommet entre Norvégiens et Suédois alors au coude à coude entre Lindström et Svendsen) au moment du dernier passage de relais. Fourcade avait d'ailleurs confié en zone mixte: "On n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour l'être", comprenez sur le podium. Enfin le dernier Français en piste en la personne de Antonin Guigonnat a permis de « sauver l’honneur » en plaçant la France à la 5ème place.

Un bon bilan globalement pour le biathlon français

A l’issue de ces Jeux Olympiques, en ce vendredi 22 février dans les épreuves du biathlon, la délégation a raflé la bagatelle de 5 médailles, soit 1/3 des médailles françaises au total (5 sur 15 médailles). Meilleur pourvoyeur en nombre de breloques récoltées, le biathlon s’affirme encore plus comme le sport d’hiver qui sourit le mieux aux français.

Il y a d’ailleurs là de quoi susciter des vocations notamment chez les jeunes qui se lancent dans nos écoles de skis entre autres. Ce qui engendre également un suivi et un engouement exceptionnels pour ce sport « mineur » mais qui compte tellement pour la confiance du clan tricolore de la part de nombreux Français qui commencent à se passionner pour ce sport encore méconnu grâce à des audiences télévisuelles particulièrement élevées : on pourra noter que plus de 6 millions de téléspectateurs ont suivi l’arrivée pleine de suspense de l’athlète phare des JO côté français, Martin Fourcade, en Mass-start, .

Ces 5 médailles, on le rappelle, ont été remportées par le relais mixte magnifiquement gagné par les Français (Marie Dorin-Habert, Anaïs Bescond, Simon Desthieux emmenés par l’indéboulonnable et l’indispensable Martin Fourcade) ; le relais féminin avec la médaille de bronze décrochée par Marie Dorin-Habert, Anaïs Chevalier, Justine Braisaz et Anaïs Bescond ; la médaille de bronze glanée par Anaïs Bescond en poursuite, qui a réalisé des Jeux particulièrement irréprochables (trois médailles remportées : un record pour une athlète française lors de mêmes JO) et enfin, le pyrénéen fantastique recordman Martin Fourcade qui sort de la compétition avec un bilan quasi-parfait : deux titres olympiques individuels remportés d’une main de maître en Mass-start et en poursuite, en plus du titre glané en relais mixte.

A noter que la dernière chance de médaille pour le clan tricolore et ainsi avoir l’opportunité de dépasser le record du nombre de médailles de Sotchi égalé lors de ces JO de Corée du Sud, sera du côté du patinage de vitesse avec le malouin Alexis Contin sur sa course fétiche : la Mass-start dans laquelle il est engagé ce samedi 24 février.