Le Paris Saint-Germain rentre chaque année dans une nouvelle dimension, un peu plus forte que la saison passée. Le club de la capitale française, qui a été racheté par des investisseurs venus du Qatar il y a de cela bientôt 7 ans, a pour objectif de rentrer dans le cercle fermé des vainqueurs de la Ligue des Champions. C'est la raison pour laquelle le club continue, saison après saison, à recruter les plus gros éléments pour avoir un effectif proche de la perfection, afin de rafler tout les trophées sur son passage. La preuve lors du dernier Mercato estival, durant lequel le PSG est parvenu à enrôler le Brésilien de haut niveau, Neymar, et la pépite française de l'AS Monaco, Kylian Mbappé, pour 400 millions d'euros.

L'équipe s'entend de mieux en mieux, ce qui permet au PSG de pourvoir avancer en toute tranquillité. Enfin pas vraiment.

Souvent tapé dessus par la presse, le club parisien doit faire face à de très nombreuses rumeurs, et informations compromettantes sortant du vestiaires, qui peuvent nuire à l'image du club, en plus d'influencer parfois ses résultats. Une situation désagréable pour l'entraineur du club, Unai Emery [VIDEO], qui cherche depuis quelques temps qui pourrait permettre à la presse de pouvoir sortir des éléments perturbants.

Deux taupes au sein du vestiaire

L'ancien entraineur du FC Séville compte bien donner son maximum pour parvenir à remporter de nouveau une coupe européenne, après avoir gagné 3 fois la Ligue Europa en Espagne. Mais il est aussi important de pouvoir trouver les éléments perturbateurs d'un club pour éviter toute crise qui pourrait empêcher les joueurs de se concentrer sur les plus grosses échéances à venir.

C'est pour cela qu'il était important pour lui de trouver qui communiquait avec les différents médias, auteurs parfois de certains articles compromettants.

Et il semblerait qu'Unai Emery ait finalement trouvé deux éléments perturbateurs, qui se trouvaient directement dans son vestiaire. En effet, selon l'entraineur basque, Lucas Moura, transféré à Tottenham ce mercredi, et Hatem Ben Arfa [VIDEO], poussé sur le banc depuis près d'un an, communique depuis quelques temps en cachette avec la presse pour dévoiler quelques dossiers. Une accusation qui n'a pour l'instant aucune preuve, mais qui pourrait devenir grave, si elle s'avérait vraie. Même si le Brésilien n'est plus dans la capitale française, Ben Arfa pourrait quant à lui avoir des sanctions.