Cet homme d'affaires russe revient de loin, et il le sait. Après son achat du club de la Principauté en 2011, Dmitri Rybolovlev a provoqué de lourds changements au sein du groupe. Six ans et demi après sa prise de fonction à la tête du groupe monégasque [VIDEO], il a voulu revenir sur les différentes étapes qui ont fait de Monaco la grande équipe qu'elle est aujourd'hui. De gros investissements, dans les structures et dans de nouveaux joueurs, ont bercé la formation de Leonardo Jardim ces dernières années. Aux termes de toutes ces tentatives pour redresser l'équipe, Rybolovlev tire un bilan positif de ces années passées à la tête du groupe de Ligue 1.

Une remontée lente et difficile pour Monaco depuis 2011

Tandis que le club était relégué en Ligue 2, l'homme de 51 ans a pris les choses en main en faisant gagner son équipe dans ce championnat. Pour son retour dans l'élite du football français, Rybolovel a investit des sommes conséquentes pour assurer un rendement offensif de qualité pour Monaco. Le recrutement de Radamel Falcao, James Rodriguez et Joao Moutinho lors du Mercato 2013 en témoignent. Par la suite, l'ASM [VIDEO]est remonté jusqu'à la seconde place de Ligue 1, après être revenu de très loin. L'accession à la demi-finale de la Ligue des Champions sera la consécration finale pour Rybolovlev, malgré une baisse significative de ses investissements dans le club. Autant d'éléments qui tendent à prouver la très grande forme actuelle du groupe monégasque, et qui confirment la place du nouveau propriétaire au sein du projet de la formation du Rocher.

Le groupe français va désormais aborder sereinement son mercato 2018, car plusieurs ventes sont à l'étude depuis le banc de Leonardo Jardim, tout comme de nombreuses arrivées.

L'AS Monaco continue dans sa lancée depuis 2011

En quelques années, Dmitri Rybolovlev a redonné une très grande valeur footballistique à l'équipe monégasque. Les divers changements établis au sein de la formation ont portés leurs fruits, et rien n'indique que l'homme d'affaire s'arrêtera à ce stade. Pour RMC Sport, le russe de 51 ans a souhaité revenir sur son rapport au football, et a dressé un bilan très positif des avancées du club : "Le bilan ne peut être que positif [...] Le football procure des grandes émotions [...] Je n’oublie pas qu’il y a aussi une petite part de chance dans chaque réussite". Une prospérité qui continue de faire des envieux en France et à l'étranger.