Troisième meilleur joueur au monde, Neymar reste néanmoins premier sur le plan des simulations. Le joueur de 27 ans, très expressif au moment de se rouler par terre après une blessure, a été une fois encore moqué par les internautes. Sur le terrain, les choses ont du mal à passer face à un tel comportement, mais aucune action collective ne sera faite pour endiguer ces simulations à répétitions. Entre exaspération et moquerie, Neymar se fait passer à tabac, lui qui a été nommé homme du match contre le Mexique en Huitième de Finale.

Internet inspiré par les roulades de Neymar

Une fois encore face à la Tri, l'attaquant du PSG a démontré toute sa puissance offensive. Mais le jeune footballeur a dans le même temps conservé une attitude "limite" sur le terrain, en multipliant les simulations et autres excès sur la pelouse.

Le capitaine mexicain, Andres Guardado, nous avait pourtant prévenus : "Neymar a l’habitude d’exagérer, de beaucoup tomber. C’est son style de jeu". Après ses larmes face au Costa - Rica, le numéro 10 de la Seleçao n'a pas l'intention de changer sa façon de faire dans ce Mondial.

Il a été attaqué à 22 reprises, ce qui fait de lui le joueur le plus visé depuis le début de la compétition. Parmi cette vingtaine de tacles et autres pousses dans le dos, le footballeur a tout de même garder un grand talent d'acteur, comme le rappellera Eric Cantona après la victoire [VIDEO] du Brésil contre le Mexique : "Au passage, Neymar, tu es un grand joueur ... Et un grand acteur". La scène qui revient surtout dans les débats des internautes se déroule à l'heure de jeu.

Toutes les stratégies sont bonnes pour gagner du temps

Au bout de soixante minutes de jeu, le Brésil [VIDEO] avait l'avantage et souhaitait le garder. Sans trop se découvrir, les Brésiliens ont gagné du temps par tous les moyens.

La friction entre Miguel Layun et Neymar en est un parfait exemple : le latéral droit mexicain a volontairement voulu faire mal à l'attaquant, en lui marchant sur la cheville. Mais suite à cet acte qui méritait un carton rouge, aucune sanction pour le joueur de la Tri et aucune véritable blessure apparente n'est apparue sur la jambe de Neymar.

Sur les réseaux sociaux, d'anciens footballeurs et d'actuels observateurs proches de ce sport ont condamné le comportement du natif de Mogi das Cruzes. Attendu au tournant depuis ses frasques au premier tour, le joueur phare de l'équipe à cinq étoiles ne semble pas vouloir en rester là. Cette façon de faire, insupportable et indigne d'une Coupe du Monde pour de grands noms du Football moderne, devrait se poursuivre face à la Belgique lors du quarts de Finale.