Une fois la phase de poules terminée et les favoris qualifiés, c'est une autre compétition qui peut commencer. Les premiers résultats de ces Huitièmes de Finale ont en tous cas confirmé certaines tendances, malgré des surprises de taille.

Le Brésil [VIDEO], emmené par Tite depuis 2016, devait asseoir sa place de leader face à un Mexique des plus remarquable depuis le premier jour de son Mondial. Le duel Amérique du Sud - Amérique Central a donné pour vainqueur le maillot cinq étoiles.

Neymar fait son grand retour au Brésil

Après le Mondial 2014 qui était presque passée entre les doigts de la star du Paris Saint-Germain, cette édition 2018 est l'occasion idéale pour lui de briller avec le groupe national, et répondre aux plus grandes attentes placées en lui.

Mais depuis le début de la compétition, Philippe Coutinho était en quelque sorte l'homme à suivre. Auteur de deux buts en deux matchs, la nouvelle coqueluche du FC Barcelone s'est rapidement taillé une place parmi les plus grands noms. Mais c'est sans compter sur Neymar Jr, qui après avoir assuré sa domination face au Costa-Rica [VIDEO], a su trouver le chemin des filets à une reprise, tout en participant activement au second but.

Omniprésent dans les face-à-face contre les défenseurs mexicains, le jeune homme de 27 ans a produit, comme sa formation dans son ensemble, du très beau spectacle. Suite à une première période emplie de relances offensives de la Tri vers le but d'Alisson Becker, c'est finalement la Seleçao qui trouvera un second souffle avant la mi-temps. Dès la reprise, les esprits s'échaufferont, et sans trainer, le drapeau brésilien s'agitera dans les tribunes après le but victorieux du numéro 10.

Confirmant leur statut de favori, la Seleçao s'est protégée de toute interférence en inscrivant un second but décisif près des arrêts de jeu.

La grande montée en puissance du Brésil

Après dix-sept présences en Quarts de Finale au cours de dix-neuf participations dans cette compétition, ils ne pouvaient pas se permettre de rater ce rendez-vous au sommet. Face à la Belgique ou au Japon, les Brésiliens sont prêts. Maintenant que leur montée en puissance est affirmée, l'équipe alignée par Tite veut voir loin dans ce Mondial. Sur leur route, plusieurs favoris de taille ont déjà été écartés des débats : Allemagne, Argentine, Espagne, Portugal. Autant de raisons de croire à une sixième étoile, après 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002.