Pour la deuxième fois de son histoire, la France a remporté la Coupe du monde de Football ce dimanche 15 Juillet face à la Croatie (4-2). Pas moins de six buts ont été inscrits pendant la rencontre. Mais les détracteurs des Bleus estiment que deux d'entre eux n'étaient pas des points marqués de façon "naturelle" - un but sur penalty et un autre marqué contre son camp par le Croate Mario Mandzukić. Le sélectionneur français Didier Deschamps a lui-même indiqué que la France n'avait pas joué "un match extraordinaire".

Les statistiques de la rencontre ne lui donnent d'ailleurs pas tort, puisque la Croatie peut se vanter d'avoir eu le ballon entre ses pieds 66% du temps de jeu, contre 34% pour la France.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Football

De même, alors qu'ils étaient menés au score pendant plus des deux tiers de la rencontre, les Croates ont engagé 14 tirs, dont quatre cadrés. De leur côté, les Bleus ont réalisé sept tirs, dont six cadrés.

Enfin, les hommes de Zlatko Dalić ont réalisé plus de 500 passes, précises à 83%. Ceux de Didier Deschamps en sont restés à 283 passes, avec moins de 70% de précision.

Le sélectionneur croate Zlatko Dalić s'est déclaré "triste mais fier" après le match. Interrogé par Eurosport, il a tout de même tenu à préciser que le penalty tiré par Antoine Griezmann à la 38ème minute n'était pas justifié : "Normalement, je ne fais pas de commentaire, tout ce que je peux dire est que dans une finale de Coupe du monde, on n'accorde pas ce genre de penalty, mais ça ne minimise pas la victoire de la France". L'entraîneur peut toutefois se consoler en fêtant le titre de son poulain Luka Modric, sacré meilleur joueur de ce mondial, devant le Belge Eden Hazard [VIDEO] et le Français Antoine Griezmann [VIDEO].

Des échauffourées et deux morts en France

Pendant ce temps, en France, la soirée de ce dimanche était, bien sûr, placée sous le signe de la fête. Des centaines de milliers de personnes ont envahi les rues à travers le pays pour célébrer la victoire. Mais des heurts ont éclaté, notamment en région parisienne, où des "casseurs" ont par exemple pénétré dans le Drugstore Publicis des Champs-Elysées afin d'y piller les bouteilles d'alcool avant d'être dispersés par les forces de l'ordre.

Deux personnes sont également décédées à travers le territoire. En Haute-Savoie, à Annecy, un homme âgé d'une cinquantaine d'années a perdu la vie en plongeant dans un canal pas assez profond. Dans l'Oise, un autre individu a été la triste victime d'un accident de voiture, alors qu'en Meurthe-et-Moselle, trois enfants ont été transportés en urgence à l'hôpital de Nancy après avoir été percutés par un véhicule. Le conducteur, qui a ensuite pris la fuite, a été interpellé un peu plus tard dans la soirée par la Gendarmerie.

Par ailleurs, d'autres personnes ont été arrêtées, puis certaines placées en garde à vue, comme à Marseille où le Vieux-Port a été le théâtre de plusieurs heurts qui se sont conclus par l'interpellation de dix personnes. A Rouen, des jeunes et des policiers se sont affrontés à l'aide de projectiles et de gaz lacrymogènes, entraînant des blessures sérieuses chez deux journalistes. La Corse, Grenoble, Strasbourg et Lyon ont également connu des échauffourées une partie de la soirée, avec des abri-bus détruits et des voitures retournées ou enflammées.

Emmanuel Macron, premier supporter des Bleus

Présent au sein du Stade Loujniki de Moscou pour soutenir les Bleus aux côtés de son homologue croate Kolinda Grabar-Kitarović, Emmanuel Macron n'a pas hésité à laisser exploser sa joie lors des quatre buts marqués en faveur de l'Equipe de France.

Le chef de l'Etat a également, comme le veut la tradition, rendu visite aux hommes de Didier Deschamps dans les vestiaires après la rencontre. Benjamin Mendy est même parvenu à obtenir un Dab - le geste de victoire à la mode chez les jeunes - de sa part :

L'Equipe de France sera de retour à Paris ce lundi, et descendra les Champs-Elysées en bus impérial aux alentours de 17 heures. Une rencontre est ensuite prévue avec Emmanuel Macron.