S'il y a bien un joueur qui a animé ce mercato estival français, c'est bien Mario Balotelli. Après avoir annoncé son départ de Nice en fin de saison dernière, l'international italien est finalement toujours un membre des Aiglons. Une surprise de taille compte tenu des prétendants. Parmi les plus cités, il y a bien entendu l'Olympique de Marseille. Le feuilleton a tenu en haleine [VIDEO] les supporters marseillais tout l'été, sans qu'un accord ne soit finalement conclu [VIDEO] entre les trois parties, l'OM, Nice et le joueur.

Nice ne voyait pas Balotelli rester

Pour Jacques-Henry Eyraud, le président olympien, l'opération ne s'est pas jouée à 1,5 millions d'euros près, comme l'avait affirmé son homologue niçois, Jean-Pierre Rivère.

"Dire que pour faire le deal, il fallait 1,5 millions d'euros, ce n'est pas la réalité", avait alors tancé Eyraud. Selon plusieurs médias, Balotelli ne voulait qu'un an de contrat, tandis que l'OM voulait investir sur le long terme avec l'Italien. Le tout avec le plus gros salaire de l'histoire du club, à savoir 600,000 euros mensuels.

Près d'un mois après la fin des tractations, Rivère a pris la parole une nouvelle fois dans les colonnes de Nice Matin. Même lui ne s'attendait pas à pouvoir conserver son buteur cette saison. "On l'a prolongé pour deux ans l'été dernier. On avait prévu une forte baisse de salaire s'il n'y avait pas d'Europe au bout. Tout le monde a accepté car on pensait qu'il partirait si jamais il n'y avait pas de Coupe d'Europe". Rivère affirme également que Mario Balotelli a vu ses émoluments augmenter par rapport à ce qu'il devait percevoir.

Eyraud et Rivère se sont expliqués

Désormais, l'ancien attaquant du Milan AC ou encore de l'Inter doit retrouver la forme, lui qui semble avoir pris un peu trop de bon temps pendant ses vacances. Peut-être est-ce pour cela que l'OM n'a pas insisté lors des négociations ? Nul ne le sait.

En revanche, les deux présidents se sont appelés juste après la parution des interviews respectives. Et la hache de guerre semble bien être enterrée. "Nous entretenons de très bons rapports. Très sincèrement, il n'y a pas de guerre entre Nice et Marseille. L'épisode Balotelli ne laissera pas de trace. Les relations entre les deux clubs sont bonnes, ça fait juste partie de la vie des clubs. L'histoire est terminée". Avant que l'OM, comme le disent certaines rumeurs, ne relance le dossier dans quelques semaines lors du mercato hivernal ?