La guerre existe bel et bien entre le Paris Saint-Germain [VIDEO] et le président de la Ligue espagnole de Football, Javier Tebas. L'homme de cinquante-six vient de lancer de nouvelles invectives contre l'équipe de Nasser Al-Khelaïfi. Il évoque notamment des suspicions de "trucages" et de "ruses" contre le fair-play financier. Le PSG, de son côté, souhaite que monsieur Tebas cesse de parler de cette équipe pour se concentrer sur le championnat espagnol. Tandis qu'une seconde enquête de l'UEFA vient d'être ouverte contre le club francilien, le natif de San José ne veut pas en rester là. Après un Mercato très calme pour les parisiens, les choses ne vont pas s'arranger dans l'immédiat.

Le PSG encore embourbé dans des affaires

Le transfert de Neymar depuis le FC Barcelone vers le Paris Saint-Germain est encore une plaie ouverte pour la direction blaugrana, ainsi que pour Javier Tebas. L'homme de cinquante-six ans, qui reste en froid avec le groupe de Nasser Al-Khelaïfi, vient d'annoncer que le club est sûrement impliqué dans des affaires de manipulations : "Je suis convaincu qu'ils truquent, il y a des rapports qui le prouvent, surtout pour le PSG, qui a des contrats de partenariats surévalués", dira-t-il sur la radio Onda Cero.

Javier Tebas veut continuer ses investigations coûte que coûte. L'avocat espagnol souhaite mettre en lumière tous les derniers éléments concernant les "tours de passe" du Paris Saint-Germain durant le mercato estival. Cependant, il n'espère aucune aide de la part de l'UEFA en terme de sanctions, comme il l'a récemment fait savoir auprès de Mundo Deportivo.

222 millions de trop pour Tebas durant le mercato

L'été 2017 fut le moment où Javier Tebas commença ses injonctions contre le club qatari. En effet, durant cette période estivale, l'ancienne star du FC Barcelone, Neymar, faisait ses valises pour rejoindre la Ligue 1 et le Paris Saint-Germain [VIDEO]. Ce transfert, à hauteur de 222 millions d'euros, le plus cher de l'histoire, a été vécu comme une provocation. Tandis que la formation d'Ernesto Valverde a eu du mal à se remettre d'un tel achat, le président de la Liga n'a pas pu cacher son désarroi.

Cette perte, à laquelle il faut ajouter celle de Cristiano Ronaldo à la Juventus le 10 juillet dernier, n'arrange pas les affaires du dirigeant. Les droits TV en Espagne vont continuer d'être impactés à cause de ce transfert. S'il ne veut plus réveiller la colère du cinquantenaire, le Paris Saint-Germain devra désormais réfléchir à deux fois avant de mettre la main sur une pépite d'exception qui évolue dans le championnat espagnol.