Intronisé entraîneur intérimaire du Real Madrid depuis le limogeage de Julen Lopetegui, Santiago Solari n'a pas tardé à donner sa chance à Vinicius Junior en Liga [VIDEO]. En effet, il n'aura attendu que 71 petites minutes pour le lancer face à Valladolid alors que son prédécesseur ne l'aura utilisé que 12 minutes depuis le début de saison.

Un plébiscite du côté des supporters

En difficulté depuis le début de saison et muet depuis six matchs en Liga, Gareth Bale n'a tout simplement pas fait trembler les filets adverses depuis plus de deux mois exactement [VIDEO] (1 septembre face à Leganés), soit plus de 550 minutes de jeu.

D'ailleurs, sa cote de popularité descend en flèche depuis quelque temps auprès des supporters du Real Madrid puisque ces derniers voudraient voir Vinicius Junior à sa place.

Vendredi dernier, AS, quotidien espagnol, avait publié un sondage en indiquant que 90 % des votants ont dit être favorables à la titularisation du jeune joueur brésilien face à Valladolid. Malgré cela, c'est bien Gareth Bale qui a débuté la rencontre, et a fait encore un match moyen, alors que Vinicius Junior est entré à la 71ème minute de jeu à sa place et a changé le cours de la rencontre en ouvrant le score.

"C'est un membre comme un autre de l'effectif"

Sauveur du Real Madrid pour le premier match en Liga de Santiago Solari, Vinicius Junior est ainsi le grand gagnant du départ précipité de Julen Lopetegui. En revanche, s'il connaît les qualités du Brésilien, le coach merengue n'a pas hésité à déclarer qu'il ne fallait pas s'emballer et met en surbrillance les défauts du jeune joueur afin qu'il ne prenne pas trop vite la grosse tête.

Ainsi, il a débuté sa conférence de presse en indiquant que c'était une bonne nouvelle que les gens disent du bien du joueur : "C'est fantastique que les médias et les gens se passionnent pour Vinicius".

Le coach du Real Madrid exprime ensuite son inquiétude sur la façon dont il est déjà traité : "il a tout juste 18 ans et encore toute sa carrière devant lui", a-t-il notamment dit avant de prolonger son propos : "Pour savoir quel joueur il va être, il faudra attendre qu'il ait 20 ans". Enfin, il termine cette conférence de presse en indiquant qu'il était un membre comme un autre et qu'il avait également des défauts : "Il a des défauts évidents, son âge et son manque d'expérience en première division". Une chose est certaine, l'entraîneur ne veut pas brûler les étapes avec son joueur.