C’est une fin de semaine agitée que vit le Paris Saint-Germain depuis les révélations de ce vendredi de la part de Mediapart [VIDEO]. En effet, en fin de journée, on apprenait que le club de la capitale et certains hauts dirigeants de l'UEFA dont Gianni Infantino et Michel Platini, avaient, ensemble, réussi à frauder sur le fameux fair-play financier.

Le Paris Saint-Germain saisit le TAS

Au début de l'été 2018, le PSG pensait en avoir terminé avec le fair-play financier. Mais suite aux récentes révélations, le club de la capitale a décidé de prendre les choses en main et de contre-attaquer l'UEFA. En effet, Paris a donc pris les devants et décidé de saisir le tribunal arbitral des sport (TAS) pour contester l’enquête de l’UEFA.

Victoriano Melero, le secrétaire général du club, a expliqué pourquoi le PSG a fait appel : "on considère que cette décision est infondée" a-t-il commencé par dire avant d'expliquer qu'il voulait "que cette histoire s'arrête". Il considère également que cette prise de position pourrait conduire à une décision clémente et prend l'exemple du Milan AC pour étayer son propos : "le Milan AC avait réussi dans les mêmes circonstances, à faire annuler son exclusion" a-t-il expliqué avant de préciser que le verdict pourrait prendre plusieurs mois.

Victoriano Melero menace l'UEFA

Si c'est une première étape dans la guerre entre l'UEFA et le Paris Saint-Germain, ce n'est pas pour autant terminé. En effet, le journal du dimanche, dans son édition du jour a donné la parole à ce même Victoriano Melero et explique clairement qu'une attaque envers l'instance est possible [VIDEO] :"Si on met à mal le club, il n'y aura pas d'autre alternative" a-t-il commencé par dire avant de parler du fair-play financier : "avec des vraies règles, on n'en serait pas là. Le système est trop subjectif".

Thierry Granturco, avocat spécialisé dans le monde du Football va lui encore plus loin et déclare qu'une plainte du Paris Saint-Germain entraînerait la fin du fair-play financier et c'est pour ça que l'UEFA souhaite arrondir les angles avec le club de la capitale : "l'UEFA ne peut pas être trop ferme avec un club comme Paris" a-t-il commencé par dire avant d'expliquer que dans les semaines à venir, ce sera compliqué pour la haute autorité :"Je ne doute pas que le Paris Saint-Germain le rappelle à l'UEFA dans les prochaines négociations". Une chose est certaine, le duel ne fait que commencer.