Avant la rencontre entre le Paris Saint-Germain et le LOSC, Jean-Claude Blanc, le directeur général du club de la capitale a fait un point presse afin de rétablir certaines vérités concernant les révélations de Football Leaks [VIDEO]. En effet, ce vendredi Médiapart a indiqué que le PSG aurait négocié avec certains membres de l’UEFA afin de rester dans les clous du fair-play financier en dissimulant une forme de dopage financier.

Le PSG n'est pas le bienvenu

Dans un premier temps, le directeur du Paris Saint-Germain a expliqué, au micro de RMC, que l'UEFA avait contraint le club à plusieurs niveaux et notamment au nombre de joueurs limité en Ligue des Champions.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne PSG

Il précise également qu'ils ont été également limités dans le niveau des salaires. Jean-Claude Blanc s'étonne ensuite qu'après être revenu dans un process normal, l'UEFA a à nouveau changé les règles, et ça quelques jours après l'achat de Neymar et Mbappé : "Après deux grosses opérations sur le mercato, l'UEFA a décidé de changer les règles".

Toujours lors de cette interview pour RMC Sport, il explique que le Paris Saint-Germain, nouveau venu sur la scène européenne, n'est pas le bienvenu et précise son propos en indiquant que les régles du fair-play financier ont été détournées pour que les nouveaux entrants ne puissent pas perturber les clubs déjà en place.

Les règles du fair-play ont toujours été respectées

Concernant les révélations de dopage financier, Jean-Claude Blanc déclare que le Paris Saint-Germain a toujours été respectueux de l'institution [VIDEO] et que les règles ont toujours été respectées et que le club de la capitale a toujours été respectueux du fair-play financier. Il précise ensuite que malgré un ralentissement sur le recrutement ou sur la performance, ils ont toujours tout fait dans les règles. Dans cette interview, il déclare également que grâce aux grands transferts du club de la capitale, le championnat de France en ressort plus grand.

Le directeur sportif indique ensuite le montant d'impôts que le PSG a pu donner depuis sept ans (on parle d'un milliard d'euros) et parle ensuite d'équité en matière de charges. Il montre ensuite ce que cela représente à l'échelle du championnat allemand ou italien: "Notre club paye à lui seul plus de charges que tous les clubs allemands ou italiens réunis". Enfin, il parle du contrat avec QTA et explique que c'est un contrat de nation branding et que celui-ci vise à promouvoir l'image d'un pays à travers le Football.