Il a été la première tête d'affiche du projet parisien, cinq ans avant les recrutements de Neymar et Kylian Mbappé. Si Javier Pastore fut acheté 42 millions d'euros un an auparavant, c'est bien avec l'arrivée de Zlatan Ibrahimovic [VIDEO]en 2012 que le PSG a lancé sa conquête de la France et de l'Europe. En quatre ans dans la capitale, l'attaquant suédois marquera son passage en France en devenant le meilleur buteur de l'histoire du club (il sera ensuite dépassé par Edinson Cavani) ainsi qu'en raflant tous les trophées sur la scène nationale. Mais avec la sortie de son nouveau livre "Je suis le Football", zlatan raconte pour la première fois qu'il ne voulait pas rejoindre Paris.

Transféré contre son gré par le Milan AC

À l'époque, le joueur évolue avec le Milan AC depuis deux saisons après une expérience ratée au FC Barcelone. Zlatan enchaîne les buts en Serie A (28 réalisations en 32 rencontres) lors de l'exercice 2011/2012 et se voit promettre par le vice-président Adriano Galliani qu'il sera encore parmi les Rossoneri l'année suivante.

Sauf qu'en proie à des difficultés financières, le Milan doit dégraisser et négocie avec le PSG pour le transfert de son buteur vedette. Mais l'opération est réalisée dans son dos et c'est son agent Mino Railo qui lui annonce que Leonardo, alors directeur sportif du PSG va le contacter. "Qui est Leonardo ?", demande Zlatan en précisant qu'il ne lui répondra pas. C'est alors que Raiola lui précise que son transfert à Paris est d'ores et déjà acté et qu'il a été vendu.

Zlatan et ses folles exigences

Evidemment, le suédois est révolté par cette situation qu'il juge comme une trahison. Il se met alors en tête de faire tout simplement capoter l'affaire. Comment ? Avec des conditions contractuelles qu'il juge lui-même exagérées. "Je lui ai dit (à son agent Mino Raiola) de rendre la tâche compliqué au PSG. Je voulais garder le même salaire qu'à Milan en qu'ils me disent "tu exagères". Je voulais les faire abandonner". Il demande également à Raiola d'ajouter d'autres points à inclure dans son contrat sans qu'il les dévoile.

Zlatan pense alors que Paris va lâcher l'affaire. Sauf que la suite ne va pas lui donner raison. Vingt minutes seulement après avoir évoqué ses conditions à son agent, ce dernier le rappelle. "Tu as tout", lui dit-il. Se qualifiant comme "un homme de paroles", il accepte finalement de rallier le PSG où il sera le centre d'attention durant les quatre années qu'il passera à fouler les pelouses de l'hexagone.