Le PSG de Thomas Tuchel s'est qualifié pour la phase automnale de la Ligue des Champions 2018/2019. Une habitude pour le club parisien ces dernières saisons, même si pour la première fois dans son histoire récente, il aura fallu attendre la dernière journée pour valider la qualification pour les huitièmes de finale. Il est vrai que cette saison, le PSG avait à faire dès la phase de poule à deux "gros" du foot européen, à savoir Liverpool et Naples. Un premier test passé avec succès, malgré un début de campagne raté à Anfield début septembre (défaite 3-2).

Publicité

Le PSG nouveau est arrivé

Hier soir au Maracana de Belgrade, stade qui porte d'ailleurs bien son nom, les joueurs parisiens ont livré une partie presque parfaite. Excepté toutefois le premier quart d'heure de la seconde période, moment choisi par les locaux pour pousser le PSG dans ses derniers retranchements. Car pour le reste, Neymar et ses coéquipiers n'ont pas laissé leur adversaire respirer.

Pressing à la perte du ballon, attaques rapides, tout y est passé. Aussi, précisons que la qualité technique des Parisiens dans leurs transmissions a permis de se projeter vite vers l'avant.

Ou encore de déjouer les tentatives de pressing serbe. Marco Verratti (remplacé en fin de match par Rabiot) par exemple a livré un gros match dans l'entrejeu, tandis que les quatre de devant ont su faire preuve d'efficacité. Un cocktail gagnant et qui rassure.

La MCN du PSG a encore frappé

Pour en revenir au match, le PSG s'est facilité la tâche en marquant très tôt dans ce match. Un but signé Edinson Cavani, idéalement servi par Kylian Mbappé, très en jambes ce mardi (0-1, 10'). Une première période à sens unique.

Publicité

Neymar ajoutera même un second but avant la pause. Bien lancé côté gauche par le jeune champion du monde français, le Brésilien va réaliser un petit festival fait de crochets et feintes de frappe, avant de conclure devant le but Serbe (0-2, 40'). Mbappé dans la foulée manquera le but du 0-3, Borjan repoussant sa tentative.

Le PSG n'a pas tremblé... ou presque

Après la pause, les locaux vont mettre une grosse pression sur des Parisiens se pensant déjà qualifiés. Et c'est ainsi assez logiquement que Marko Gobeljic validera ce temps fort d'une belle reprise de volée sur un centre venu de la gauche et prolongé au second poteau par le capitaine parisien Thiago Silva (1-2, 49').

Une fois l'orage passé, le PSG remet le pied sur le ballon et va voir sa domination se concrétiser par un nouveau but.

Sur un coup franc bien frappé signé Di Maria, Marquinhos saute plus haut que tout le monde et marque d'une tête bien placée (1-3, 75'). En fin de match, Mbappé ira lui aussi de son petit but et scellera définitivement l'issue de cette rencontre (1-4, 90+2). Paris est qualifié et termine même premier de son groupe, après le succès dans le même temps de Liverpool contre Naples (1-0).

Publicité

Le PSG version Tuchel innove

Cette saison, le Paris Saint Germain a depuis la première fois depuis l'arrivée des Qataris changé radicalement de système de jeu. L'ancien coach du Borussia Dortmund a apporté avec lui une philosophie de jeu et des systèmes tactiques peu ou pas utilisés au PSG.

D'ailleurs, on peut dire que le 3-5-2 façon Tuchel a fait des émules en Ligue 1. Par exemple, du côté de l'Olympique Lyonnais où Genesio utilise fréquemment ce système. Pour conclure, espérons que le coach allemand, et ce peu importe le choix des hommes et le système utilisé, aidera le PSG à rêver plus grand. Et à rejoindre à minima, le dernier carré de la Ligue des Champions.