Gone raconte l'histoire d'une rescapée d'un enlèvement médiatisé, "Kick" Lanigan (Leven Rambin), qui intègre quinze ans plus tard le FBI et l'équipe de Frank Novak (Chris Noth), agent qui l'avait sauvée lorsqu'elle n'était qu'une fillette. Ce dernier compte sur l'expérience de "Kick" en matière de kidnapping pour la faire collaborer avec John Bishop (Danny Pino), autre agent de son équipe.

Cette nouvelle série policière de douze épisodes de soixante minutes, adaptation du bestseller de l'écrivaine américaine de 45 ans Chelsea Cain, One Kick, sera diffusée sur TF1 [VIDEO] à partir du mardi 23 janvier, à 21 heures. Et celle-ci résulte d'une collaboration inédite entre plusieurs poids lourds de la télévision mondiale, dont nous vous dévoilons les dessous.

Trois pays pour une seule série !

La série Gone est née d'une collaboration inédite entre trois groupes issus d'autant de pays différents : TF1 [VIDEO] pour la France, NBCUniversal International pour les États-Unis, et Mediengruppe RTL Deutschland, pour l'Allemagne. Ces trois filiales font partie des groupes mondiaux les plus influents du petit écran, et appartiennent à des entreprises dont le chiffre d'affaires se compte en milliards : respectivement Bouygues, Comcast, et RTL Group.

Le beau rôle revient évidemment au diffuseur américain. La NBC a en charge le scénario, la distribution, ainsi que la production de chaque épisode. Le groupe US a également la possibilité de concéder les droits sous licence aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde.

TF1 et Mediengruppe RTL, eux, diffusent et distribuent la série dans leurs pays respectifs.

Ce qui signifie que TF1 pourra très bien céder des droits de diffusion à d'autres chaînes en France, comme cela arrive régulièrement.

Quels intérêts pour TF1 ?

Le groupe TF1 verra d'une part ses relations renforcées avec deux groupes médiatiques puissants : l'un outre-Atlantique, l'autre frontalier. Un autre avantage pour TF1 vient du fait que les risques sont moins importants que si la chaîne avait eu à assurer 100% de la production de la série. Ici, le diffuseur français peut bénéficier des "moyens" américains, sans se jeter dans une opération financière compromettante. Du pur gagnant-gagnant, même si on peut regretter l'absence d'une touche franchouillarde dans la série, les acteurs étant tous américains. Mais on chipote.

Avec cette collaboration, TF1, par la voix de son directeur des programmes et des acquisitions, Fabrice Bailly, imagine une nouvelle ère s'ouvrir : "Ce partenariat incarne un nouveau mode de collaboration avec les studios et les diffuseurs européens, afin de produire des séries policières de grande qualité."

Michael Edelstein, président de NBCUI Studios, est tout aussi emballé : "Nous sommes impatients de créer de nouvelles séries aux côtés de nos partenaires." Dans le cadre de ce partenariat tripartite, deux autres séries américaines devraient voir le jour.

Il ne manque plus que les téléspectateurs !