Diffusée depuis 2013, la série Peaky Blinders a donc atteint sa quatrième saison depuis novembre dernier. Elle suit les péripéties d'un gang de Birmingham, les Peaky Blinders. Ici Thomas Shelby est le personnage principal. Il dirige son affaire criminelle et ses proches d'une main de fer. Doté d'une grande ambition, il va alors permettre à sa famille d'obtenir le prestige et l'influence qu'elle désire. On a donc là une série qui nous offre une ambiance digne d'un film classique de gangster, mais qui est également renforcée par le climat d'après guerre. Car oui, la série se déroule au lendemain de la première guerre mondiale en 1921, ce qui permet d'y ajouter un aspect historique [VIDEO].

Des enjeux divers et des personnages charismatiques

En étant confronté au premier épisode, on pourrait penser assister au scénario classique du film d'action, où le gangster est opposé au policier armé d'un grand désir de justice. Mais ce n'est pas le cas, car on a ici des personnages complexes et facilement identifiables. Tout d'abord, on peut noter que le personnage de Thomas Shelby illustre très bien cela, car c'est un individu doté dune grande intelligence, mais également rongé par les événements de la grande guerre en France. Ce n'est donc pas seulement un homme désirant de la force et du pouvoir mais quelqu'un qui souhaite protéger sa famille et subvenir à ses besoins par tous les moyens.

D'autre part, les femmes sont aussi mises à l'honneur. C'est le cas de la tante du héros, Polly Shelby, une femme d'âge mûr ayant perdu ses enfants.

Malgré ces circonstances malheureuses, elle reste néanmoins forte avec une importance prépondérante au sein de l'affaire familiale. Car oui, parmi les nombreux thèmes abordés, celui qui arrive directement après celui du monde criminel, c'est la famille. Par exemple, avec Ada Shelby, soeur de Thomas Shelby, c'est la thématique du mariage libre et du statut de mère. Puis avec l'aîné de la famille, Arthur Shelby, c'est l'importance traditionnelle de son rang familial, la recherche d'un père ainsi que la volonté de créer une famille. En somme, c'est donc en cela que la série est un plaisir, car elle traite de personnages auxquels on peut facilement s'identifier. Tout cela malgré leur complexité...

Un aspect historique captivant

C'est une caractéristique intrinsèque de la série, un plaisir pour les personnes ayant un appétit pour l'Histoire. Car le scénario nous confronte à des points plus ou moins importants des années 20. Il en est ainsi avec la thématique de la première guerre mondiale, dans la mesure où on retrouve des personnages torturés et changés par les événements de 1914-1918.

C'est d'ailleurs un phénomène auquel l'adversaire du héros, le Chef Campbell, se retrouve confronté pendant les deux premières saisons. En effet, celui-ci n'est pas respecté et subit les moqueries de tous, sous prétexte qu'il n'est pas parti au front.

Toutefois, il y a bien d'autres thèmes abordés. C'est le cas dans la troisième saison, puisque c'est à la chute de la royauté russe et aux premiers jours du parti Communiste, qu'on laisse la place. Par ailleurs, la notion politique est également abordée dans la dernière saison avec les bouleversements issus du parti communiste, étant la conséquence directe de la victoire des bolchéviques en Russie. De plus, on retrouve également plusieurs références au 19ème siècle, avec, par exemple, l'essor de l'automobile, le personnage de Winston Churchill [VIDEO] ou encore les Oeufs de Fabergé.

Pour conclure

Peaky Blinders est une bouffée d'air frais car elle se démarque de la plupart des séries actuellement diffusées, avec des personnages dotés d'un charme et de véritables enjeux. En cela, on obtient une familiarité avec eux. D'autre part, cette familiarité est renforcée avec le caractère historique de la série. Cependant cet aspect est légèrement brisé par la présence de nombreuse musiques récentes. Mais ceci n'est pas pour nous déplaire puisque les musiques renforcent la beauté de la série et sont parfaites puisque on y retrouve de grands artistes tels que Arctic Monkeys ou encore The Dubliners.