Difficile de vieillir quand on est un acteur ayant connu la gloire. Bob Harris en fait la douloureuse constatation. Sa carrière instable le mène à Tokyo pour tourner une publicité. Malheureusement, à l'autre bout de la planète, Bob se perd dans un monde dont il ne comprend rien et souffre d'un profond décalage horaire. Dans sa tentative désespérée de trouver enfin le sommeil, il rencontre Charlotte, femme d'un grand photographe, qui connaît les mêmes difficultés. Ensemble, ils font essayer de passer outre le choc des cultures

Perdu dans la traduction

Le film est d'abord la remise en question d'un homme pour qui rien ne va.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Télé-réalité

Sa carrière est au point mort et sa famille se désintéresse de lui. Il accepte donc de partir pour un pays aux antipodes du sien, dans l'espoir de reprendre les rênes de sa vie.

Mais la magie s'évanouit très vite quand il pénètre dans la plus grande ville du monde, aux codes si différents. Perdu dans cette folie multicolore et électrique, et à bout de force, il croise le chemin de Charlotte, jeune femme mariée, qui se sent aussi désespérée que lui. Les hasards vont les rapprocher et chacun va puiser sa force dans l'autre, essayant de braver ensemble un Japon futuriste.

Un film poétique

Ce voyage initiatique, dont le sujet est le choc des cultures et la remise en question de soi, a été vraiment vécu par la réalisatrice, Sofia Coppola. Elle a donc souhaité partager son expérience sur Tokyo et son rythme incroyable, à travers deux personnages opposés. Barrière de la langue, codes de conduite singuliers, décalage horaire, tout est abordé dans cette œuvre poétique, presque contemplative.

Pas besoin d'action pour se mettre à leur place et ressentir leur malaise. Pour cela, Sofia Coppola a choisi un style minimaliste, d'images prises dans la rue avec authenticité. Parfois, on a le sentiment de voir un rêve haut en couleurs où nous serions les héros improbables de cette comédie romantique. Un Ghibli à l'américaine.

Un casting efficace

Sofia Coppola l'a dit : Bill Murray ou rien. Si l'acteur avait refusé le rôle, le film n'aurait jamais été tourné. Et quand on regarde sa prestation, il est facile de comprendre pourquoi. Ce rôle de quinquagénaire désabusé lui colle à la peau et il transmet cette solitude avec une facilité déconcertante. Pour l'accompagner, quoi de mieux que la belle Scarlett Johansson, parfaite en jeune mariée candide et un peu naïve. Tout les oppose mais Tokyo va les rapprocher et changer leur vie à jamais.