Unfriended premier du nom était un film d'horreur au concept accrocheur. Intégralement filmé à travers un écran d'ordinateur, on découvrait une session Skype entre amis qui tournait mal lorsqu'un fantôme décida de participer à la conversation. Son but ? Savoir lequel des protagonistes étaient à l'origine de sa mort. Le film avait séduit des millions de spectateurs, il n'est donc pas étonnant de voir aujourd'hui au Cinéma une suite, sous-titrée Dark Web. Ce deuxième opus oublie en effet le surnaturel pour se concentrer sur une réalité bien plus terrifiante. En se focalisant sur les déviances que cache Internet, le film réussit à emporter le spectateur dans un tourbillon terriblement malsain et bien tenu.

Publicité

Un réalisme saisissant

Unfriended 2 nous présente une nouvelle galerie de personnages qui se retrouvent sur Skype pour une soirée jeu. Mais Matias, celui grâce auquel nous suivons les événements par le biais de son écran, s'est procuré un nouvel ordinateur qu'il aurait acheté d'occasion. Cet ordinateur renferme un logiciel menant au Dark Web, ce qui entraînera une succession d'événements terriblement dangereux pour lui et ses amis. Exit donc le fantôme, le film dépeint avec réalisme la face méconnue du Web.

Cette zone cachée qui renfermerait bon nombre de trafics illégaux est au coeur d'un récit qui ne manque pas de rebondissements pour tenir en haleine le spectateur. Les bons acteurs donnent corps à des personnages écrits avec intelligence qui évoluent au sein d'une narration à la terrifiante crédibilité. De quoi se méfier d'autant plus de son ordinateur et webcams intégrées (les plus malins auront déjà camouflé cette caméra).

Pas de vie privée sur internet

A l'heure où l'on parle énormément de la vie privée des utilisateurs d'internet, le film tombe à pic.

Publicité

Et s'il ne rencontre pas la même succès que son prédécesseur, il soulève plusieurs questions d'actualité quant à la méfiance que certains ont vis-à-vis du net. Si le film pousse volontairement le curseur très loin, il n'en reste pas moins crédible. Sur internet, toutes les informations sont collectées avec soin et ne peuvent pas disparaître. De quoi avoir envie d'emmener son enfant au cinéma pour le traumatiser un bon coup ! Il est donc plutôt conseillé de découvrir ce film d'horreur plutôt intelligent et bien agencé, qui ne procurera pas d'énormes sursauts, mais qui distille une angoisse permanente jusqu'au final, d'un sadisme aussi réjouissant qu'effrayant.