Ces dernières années, Dubaï connait un énorme engouement auprès des influenceurs et influenceuses du monde entier. Dans cette ville des Emirats Arabes Unis qui a émergé du désert en quelques années à peine, tout n'est que démesure. Mais le principal atout qui attire les entreprises et les expatriés réside dans les avantages fiscaux. En effet, à Dubaï les travailleurs ne paient aucun impôt sur le revenu, ni sur les sociétés. Un paradis pour nos candidats de télé-réalité qui peuvent profiter pleinement de leurs cachets de tournage, mais aussi de leurs bénéfices engrangés pour chaque post sur les réseaux sociaux.

Car, oui, aujourd'hui, leur principale source de revenus est les placements de produits. Très controversés, ces partenariats avec des marques qu'ils testent à peine ou issues du dropshipping commencent à faire grincer des dents. Il y a quelques jours, Marie S'infiltre a voulu dénoncer ces abus et la vie trop tranquille des influenceuses françaises installées à Dubaï. Et la comédienne et humoriste s'est attaquée à deux monstres de la télé-réalité : Jazz Correia et Maeva Ghennam.

Marie S'infiltre piège Jazz, Maeva et d'autres candidates de télé-réalité

"Les influenceurs français expatriés à Dubaï : des stars millionnaires qui ont quitté la France et surtout ses impôts, en laissant derrière-eux un nuage de codes promo.

Des stars de la téléréalité créées de toutes pièces par nos besoins les plus vils : se vider le cerveau dans l’obscénité d'une bêtise qui fascine, qui fait rire, qui divertit totalement. Certains les adulent, d’autres les détestent, mais pourtant, nous les regardons vivre, nous connaissons le nom de leurs enfants, la marque de leurs vêtements, la couleur de leur voiture.", annonce Marie S'infiltre dans son dernier post Instagram intitulé "MARIE S'INFILTRE À DUBAÏ - EPISODE 1 : LES INFLUENCEURS"

Dans cette vidéo plus que sarcastique, la comédienne se fait passer pour une riche influenceuse qui souhaite s'installer à Dubaï auprès d'une agence immobilière, d'une clinique spécialisée dans la chirurgie esthétique, chez un concessionnaire de grosses cylindrées et dans des magasins de luxe.

Son but ? Ridiculiser ce train de vie qui pourtant fait rêver nos jeunes ados. Et en rencontrant des candidates de télé-réalité françaises au restaurant, Marie se fait passer pour une fan.

"Je suis une grande admiratrice ! Vous incarnez la puissance féminine, vous avez n*qué le game !", dit-elle en accostant une tablée de cinq influenceuses.

Pendant que la France subit son 3e confinement, Jazz, récemment attaquée par la maîtresse de son mari Laurent, Martika, Hillary, Fidji et Sarah Lopez dînent paisiblement dans un restaurant dubaïote. Et lorsque que Marie aborde le sujet des impôts en France, Jazz s'exprime : "On s'en bat les cou*lles ! Ici, on s'en branle pour être honnête ! On se fait des restos. Moi, je gagne 300.000 euros par mois, hamdoulilah."

Très ironiquement, Marie S'infiltre demande aux filles : "Et donc cette vie à se la couler douce, à rien foutre, vous avez pas honte un peu ?" Jazz, Martika et Hillary répondent en cœur : "Non, honte de quoi ? On travaille hein. C'est du travail d'être influenceurs !" Pour ces candidates de télé, pas de regrets sur le fait de ne pas payer d'impôts en France !

Et c'est Jazz qui va lâcher la phrase qui va choquer tout le monde : "J'en ai strictement rien à branler personnellement ! Des scrupules de ne pas payer des impôts pour des gens qui finalement sont ces mêmes gens qui viennent nous braquer ou nous ch*er dessus ? Non, pas du tout. Ah je déteste la France !" (à 5'58 dans la vidéo ci-dessous)

Furieuse, Maeva Ghennam porte plainte contre Marie S'infiltre

Egalement dans sa vidéo filmée en caméra cachée, Marie S'inflitre a accosté Maeva Ghennam installée dans un restaurant de Dubaï aux côtés de Milla Jasmine et de son assistant Akram. Tout comme avec Jazz et ses copines, l'humoriste feint l'admiration avec la Marseillaise.

Elle lui parle de son corps qui a déjà subi plusieurs opérations de chirurgie esthétique. "Je veux le même ! Combien ça coûte ?", s'interroge Marie. "Mon c*l, il m'a coûté trois fois 6000 euros !", répond Maeva. Et quand la comédienne lui demande si elle se plait à Dubaï, la starlette du petit écran réplique : "Oui, c'est trop bien. Regarde, le monde il est fermé et ici on kiffe ! Ici, on se fait pas agresser. Ici, on peut porter nos beaux bijoux."

Aujourd'hui, ce "prank" de Marie S'infiltre crée le buzz et dépasse le million de vues. Furieuse, Maeva Ghennam s'est exprimée à ce sujet et elle prend une décision radicale : "Une folle est venue me voir. Je pensais que c'était une fan alors elle s'est assise avec moi. En fait, cette fille-là m'a fait une caméra cachée sauf que c'est interdit de filmer des personnes à leur insu que ce soit ici ou en France. Elle ne m'a pas demandé l'autorisation pour diffuser la vidéo. Elle a voulu faire du buzz sur mon c*l sauf que c'est interdit. Je lui ai envoyé un message pour lui dire que je l'attaque ici et à Dubaï. C'est très grave de faire des trucs comme ça. Cette personne aura des gros soucis !"

Suivez la page Télé-réalité
Suivez
Suivez la page Les Marseillais
Suivez
Suivez la page Les Anges
Suivez
Ne manquez pas notre page Facebook!