L’affaire Penelope Fillon a commencé le 25 janvier 2017, après une enquête menée par Le Canard Enchaîné qui déclarait que Pénélope Fillon aurait bénéficié un emploi fictif d'attachée parlementaire auprès de son mari et de son suppléant Marc Joulaud durant 8 ans. Ce poste lui aurait permis de récolter 50,000 euros issus de fonds publics. Elle aurait touché jusqu’à 7,900 euros mensuels. L’épouse du candidat républicain a été salariée de ''La Revue des deux Mondes'' entre mai 2012 et décembre 2013, où elle aurait reçu 5,000 euros brut par mois pour ce poste. C’est à ce moment-là que le parquet national financier a ouvert une enquête pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel des délits qui concernent les activités parlementaires de Penelope Fillon.

Publicité
Publicité

Puis c’est au tour des enfants du couple, Marie et Charles d’être entendus par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption. Marie Fillon aurait fait plusieurs virements sur le compte de ses parents, une valeur estimée à 33 000 euros pour le remboursement des frais de son mariage. Charles Fillon aurait versé 30 % de son salaire net pour rembourser son père des fonds avancés pour son logement. Selon le JDD, #François Fillon s’est vu offrir des costumes sur-mesure pour 48,000 euros, non déclarés. Les députés doivent déclarer tout don d’une valeur supérieure à 150 euros.

Une campagne en péril

L’affaire Penelope Fillon n’est pas terminée, alors que les élections présidentielles approchent. François Fillon est mis en examen pour abus de bien sociaux et détournement de fonds publics après avoir été entendu pendant quatre heures par les juges instructions.

Publicité

Mais selon le Figaro, le candidat a refusé de répondre aux questions sous forme d'interrogatoire ; il a préféré une déclaration écrite aux juges d'instruction. François Fillon sera convoqué par les juges dès mercredi matin à 9 heures, et son épouse Penelope sera convoquée le 28 mars. Les juges envisageraient de les mettre en examen pour détournement de fonds publics et recels d’abus de biens sociaux. F. Fillon est le premier candidat à une élection présidentielle a être mis en examen.