La tension retombe légèrement, mais le risque est toujours très grand. Kim Jong-Un est apparu mardi pour signaler une pause dans l'escalade de la guerre de mots avec Donald Trump [VIDEO], disant qu'il était prêt à regarder les actions américaines dans la région « un peu plus » avant de commander un lancement planifié de missiles nord-coréens, destinés à l'île de Guam. Mais il a prévenu que ce lancement de missiles est toujours fortement possible en cas de provocations de « stupides Yankees », en faisant directement allusion à Donald Trump.

Ne ratez pas les dernières informations Suivez la chaîne Inclassables

Guam abrite 160 000 personnes

« Les États-Unis, qui ont été les premiers à faire venir de nombreux équipements nucléaires près de nos frontières, devraient d'abord prendre la bonne décision et montrer des efforts s'ils souhaitent soulager les tensions dans la péninsule coréenne et empêcher un conflit militaire dangereux », a ainsi déclaré Kim Jong-un.

James Mattis, le secrétaire à la Défense des États-Unis, avait prévenu plus tôt qu'une attaque de missiles nord-coréens visant le territoire américain « pourrait se transformer en guerre très rapidement ». Guam, qui abrite des bases militaires et 160 000 personnes, est donc toujours fortement menacé.